Les montres intelligentes et traceurs fitness peuvent aujourd'hui déjà identifier des activités sur base de la manière dont le poignet de quelqu'un bouge. IBM entend aujourd'hui aller encore un pas plus loin en enregistrant la façon dont notre ongle s'incline et se déplace chaque fois que nous saisissons un objet.

Dans ce but, les chercheurs ont développé un prototype, qui se compose d'un accéléromètre et d'un mesureur de tension mécanique qui se fixe sur l'ongle du doigt. Ce mesureur détermine avec précision le degré d'inclinaison de l'ongle dans les mouvements quotidiens. Les déformations qui se manifestent, ne font que quelques microns en taille (en guise de comparaison, un cheveu humain fait entre 50 et 100 microns d'épaisseur), mais peuvent néanmoins, selon les chercheurs, offrir pas mal d'informations à partir des gestes précis que nous effectuons chaque jour.

Ces valeurs de tension sont transférées vers une montre intelligente, conjointement avec les données de l'accéléromètre. Sur base de ces données, un modèle d'apprentissage machine est spécialement formé pour identifier les différents mouvements de préhension. C'est ainsi que le système a pu distinguer si quelqu'un était en train d'utiliser un tournevis, de manipuler une clinche de porte ou de tourner une clé dans la serrure.

De plus, le capteur peut aussi servir d'interface homme-ordinateur. Les chercheurs l'ont démontré en 'formant' plusieurs chiffres avec l'ongle du doigt, qui ont ensuite été reconnus par l'ordinateur. "Chaque doigt qui est configuré avec ce type de capteur, peut au moyen de mouvements, exécuter toutes sortes de traitements IT, comme le défilement ou l'agrandissement d'images", écrivent les chercheurs. Cela est en outre possible sur n'importe quelle surface: une table, un bureau, un mur, un vêtement ou la paume de la main.

Les résultats seront publiés vendredi dans Scientific Reports. Il s'agit encore d'un prototype, mais IBM envisage de développer sur cette base un 'wearable' pour ongle, capable d'identifier différents mouvements et gestes. Le géant de l'informatique pense aussi à la mise au point d'un appareil pouvant aider les personnes paralysées à communiquer.

Selon IBM, le système pourrait également être utilisé pour passer en revue la santé de quelqu'un. Les données combinées pourraient aider à poser un diagnostic dans le cas de maladies comme le Parkinson. La recherche dans ce domaine se trouve cependant encore dans un stade précoce.