Une bonne nouvelle pour les publicitaires: ce n'est pas l'information sponsoriée qui pose problème au propriétaire belge d'un GSM, mais plutôt la confusion à propos de l'expéditeur du message, ou son contenu stupide. Si ces éléments gênants sont gommés, un tiers des Belges sont prêts à accepter la publicité par SMS. Elément étonnant: si un dédommagement est demandé, 95 pour cent refusent. Le destinataire souhaite évidemment tirer parti des SMS sponsorisés: infotrafic, météo ou bon de réduction sur un achatL'étude démontre en outre que 4 Belges sur 10 possédant un GSM ont déjà participé à un concours par SMS annoncé par une publicité traditionnelle. Il apparaît aussi que 7,5 pour cent des Belges (600.000 personnes) sont des utilisateurs chevronnés: ils achètent au moyen de leur GSM, paient leur place de parking avec leur GSM, l'utilisent comme télécommande et pour le banking mobile. La Belgique est sur ce plan légèrement en retard par rapport à ses voisins.

Une bonne nouvelle pour les publicitaires: ce n'est pas l'information sponsoriée qui pose problème au propriétaire belge d'un GSM, mais plutôt la confusion à propos de l'expéditeur du message, ou son contenu stupide. Si ces éléments gênants sont gommés, un tiers des Belges sont prêts à accepter la publicité par SMS. Elément étonnant: si un dédommagement est demandé, 95 pour cent refusent. Le destinataire souhaite évidemment tirer parti des SMS sponsorisés: infotrafic, météo ou bon de réduction sur un achatL'étude démontre en outre que 4 Belges sur 10 possédant un GSM ont déjà participé à un concours par SMS annoncé par une publicité traditionnelle. Il apparaît aussi que 7,5 pour cent des Belges (600.000 personnes) sont des utilisateurs chevronnés: ils achètent au moyen de leur GSM, paient leur place de parking avec leur GSM, l'utilisent comme télécommande et pour le banking mobile. La Belgique est sur ce plan légèrement en retard par rapport à ses voisins.