MelodyVR entend utiliser la technologie de Napster pour la diffusion de concerts en réalité virtuelle. De plus, l'entreprise envisage d'exploiter son propre service de streaming. Le montant du rachat serait de 70 millions de dollars, selon le directeur de MelodyVR, Anthony Matchett, qui s'est confié au Financial Times.

Sueurs froides

Napster avait fait fureur fin des années nonante en tant que service d'échanges musicaux en ligne, qui avait provoqué des sueurs froides aux firmes discographiques. La plate-forme d'échange de copies illégales de chansons possédait à l'époque soixante millions d'utilisateurs. Mais en déposant une série de plaintes, les grands groupes musicaux avaient réussi à expulser le service du net.

Par la suite, Napster se vit insuffler une nouvelle vie par la firme américaine Rhapsody pour devenir un service musical légal, mais il ne parvint malgré tout pas à tenir la dragée haute aux géants de la diffusion que sont Spotify et Apple Music.

MelodyVR entend utiliser la technologie de Napster pour la diffusion de concerts en réalité virtuelle. De plus, l'entreprise envisage d'exploiter son propre service de streaming. Le montant du rachat serait de 70 millions de dollars, selon le directeur de MelodyVR, Anthony Matchett, qui s'est confié au Financial Times.Napster avait fait fureur fin des années nonante en tant que service d'échanges musicaux en ligne, qui avait provoqué des sueurs froides aux firmes discographiques. La plate-forme d'échange de copies illégales de chansons possédait à l'époque soixante millions d'utilisateurs. Mais en déposant une série de plaintes, les grands groupes musicaux avaient réussi à expulser le service du net.Par la suite, Napster se vit insuffler une nouvelle vie par la firme américaine Rhapsody pour devenir un service musical légal, mais il ne parvint malgré tout pas à tenir la dragée haute aux géants de la diffusion que sont Spotify et Apple Music.