STRaND est l'acronyme de Surrey Training, Research and Nanosatellite Demonstrator. Ce nano-satellite est un projet des entreprises britanniques Surrey Space Centre et Surrey Satellite Technology. Il va examiner notamment comment les plus récentes technologies vont relever le rude défi de l'espace. Les entreprises ont opté pour le Google Nexus One en raison de son système d'exploitation Android convivial et parce qu'il était disponible et abordable, lorsque le projet a démarré.

Le smartphone n'a pas été retiré de son boîtier, mais simplement monté sur l'un des panneaux du satellite pesant 3,5 kilos, et son appareil photo a été dirigé vers l'extérieur via un 'hublot'. Dans un premier temps, le smartphone fera tourner plusieurs applis en vue de collecter des données scientifiques, alors que son appareil photo à 5 méga-pixels effectuera des prises de vue de la Terre.

Durant une partie de la mission, le Google Nexus One commandera aussi les fonctions système de l'ordinateur de bord Linux, afin de mettre le nano-satellite en orbite autour de la Terre. C'est la première fois que cela se passera dans l'espace. L'ordinateur de bord contrôlera également la température du smartphone. Si sa batterie se refroidit trop, un programme de calculs intensifs sera lancé, afin que le processeur puisse réchauffer le smartphone.

Surrey Satellite Technology prépare déjà le projet STRaND-2 qui verra le lancement simultané de deux nano-satellites.

STRaND est l'acronyme de Surrey Training, Research and Nanosatellite Demonstrator. Ce nano-satellite est un projet des entreprises britanniques Surrey Space Centre et Surrey Satellite Technology. Il va examiner notamment comment les plus récentes technologies vont relever le rude défi de l'espace. Les entreprises ont opté pour le Google Nexus One en raison de son système d'exploitation Android convivial et parce qu'il était disponible et abordable, lorsque le projet a démarré. Le smartphone n'a pas été retiré de son boîtier, mais simplement monté sur l'un des panneaux du satellite pesant 3,5 kilos, et son appareil photo a été dirigé vers l'extérieur via un 'hublot'. Dans un premier temps, le smartphone fera tourner plusieurs applis en vue de collecter des données scientifiques, alors que son appareil photo à 5 méga-pixels effectuera des prises de vue de la Terre. Durant une partie de la mission, le Google Nexus One commandera aussi les fonctions système de l'ordinateur de bord Linux, afin de mettre le nano-satellite en orbite autour de la Terre. C'est la première fois que cela se passera dans l'espace. L'ordinateur de bord contrôlera également la température du smartphone. Si sa batterie se refroidit trop, un programme de calculs intensifs sera lancé, afin que le processeur puisse réchauffer le smartphone.Surrey Satellite Technology prépare déjà le projet STRaND-2 qui verra le lancement simultané de deux nano-satellites.