Gridmax is est un fournisseur de services gérés wallon en connectivité 4G cruciales pour les entreprises. Il se focalise sur les applications Machine Type Communication (MTC) pour le télé-contrôle SCADA notamment, à savoir l'équipement installé dans les cabines de distribution électrique isolées. L'entreprise est dirigée par Erik Smekens.

Grâce à ce rachat, Cegeka devient en Wallonie également fournisseur de connectivité B2B, mais la principale plus-value se situe dans les fréquences détenues par Gridmax. L'entreprise possède en effet une licence pour les fréquences comprises entre 3,4 et 3,6 GHz. Il y a dix ans, elle utilisa ces fréquences pour proposer des services à haut débit Wimax.

5G

Mais ces fréquences peuvent aussi être utilisées pour déployer la 5G. "Le réseau existant et le spectre exploité par Gridmax nous permettront avec Cegeka d'accomplir nos premiers pas sur le marché télécom sans fil en vue d'y déployer de nouveaux services 5G", précise Stijn Bijnens, CEO de Cegeka.

L'entreprise étoffe ainsi nettement ses ambitions 5G. Cegeka est déjà candidate pour une licence 5G provisoire, mais avec le spectre de Gridmax, les possibilités sont d'autant plus vastes. "Grâce à ces fréquences, nous pourrons déployer des réseaux privés pour les entreprises, en recourant à la technologie 5G", ajoute Bijnens. Cegeka imite ainsi Citymesh, qui avait acheté autrefois un spectre pour réseaux wifi professionnels, et qui peut l'utiliser à présent aussi pour la 5G.

"Pour nous, il est intéressant de disposer grâce à ce rachat tant de la technologie 4G que de l'accès au spectre désigné par le régulateur comme une future bande 5G", explique Herbert Vanhove, director Industry 4.0 et 5G chez Cegeka. Il s'agit du spectre qualifié au niveau technique de 'bande 42'. La licence 5G temporaire pour laquelle Cegeka est candidate, est la bande 43.

Réseaux professionnels

Cegeka n'ambitionne pas de devenir un opérateur national comme Orange, Telenet ou Proximus. Mais elle entend néanmoins proposer des services 5G aux entreprises. Dans la pratique, il s'agira alors surtout de réseaux professionnels locaux que Cegeka exploitera et sur lesquels les entreprises pourront faire tourner des applications ou des services spécifiques. Pour ses projets 5G, Cegeka ciblera du reste spécialement 5G Standalone, une version de la 5G qui ne sera commercialisée que cet automne.

"Sur le marché B2B, il y a énormément de 'use cases' dans différents secteurs. En reprenant Gridmax, nous serons mieux armés pour desservir ce marché et ce, tant avec sa technologie qu'avec son spectre. Ce sera parfois avec la 4G et parfois avec la 5G. Mais notre boîte à outils s'est fortement étoffée avec ce rachat", conclut Vanhove.

Gridmax is est un fournisseur de services gérés wallon en connectivité 4G cruciales pour les entreprises. Il se focalise sur les applications Machine Type Communication (MTC) pour le télé-contrôle SCADA notamment, à savoir l'équipement installé dans les cabines de distribution électrique isolées. L'entreprise est dirigée par Erik Smekens.Grâce à ce rachat, Cegeka devient en Wallonie également fournisseur de connectivité B2B, mais la principale plus-value se situe dans les fréquences détenues par Gridmax. L'entreprise possède en effet une licence pour les fréquences comprises entre 3,4 et 3,6 GHz. Il y a dix ans, elle utilisa ces fréquences pour proposer des services à haut débit Wimax.5GMais ces fréquences peuvent aussi être utilisées pour déployer la 5G. "Le réseau existant et le spectre exploité par Gridmax nous permettront avec Cegeka d'accomplir nos premiers pas sur le marché télécom sans fil en vue d'y déployer de nouveaux services 5G", précise Stijn Bijnens, CEO de Cegeka.L'entreprise étoffe ainsi nettement ses ambitions 5G. Cegeka est déjà candidate pour une licence 5G provisoire, mais avec le spectre de Gridmax, les possibilités sont d'autant plus vastes. "Grâce à ces fréquences, nous pourrons déployer des réseaux privés pour les entreprises, en recourant à la technologie 5G", ajoute Bijnens. Cegeka imite ainsi Citymesh, qui avait acheté autrefois un spectre pour réseaux wifi professionnels, et qui peut l'utiliser à présent aussi pour la 5G."Pour nous, il est intéressant de disposer grâce à ce rachat tant de la technologie 4G que de l'accès au spectre désigné par le régulateur comme une future bande 5G", explique Herbert Vanhove, director Industry 4.0 et 5G chez Cegeka. Il s'agit du spectre qualifié au niveau technique de 'bande 42'. La licence 5G temporaire pour laquelle Cegeka est candidate, est la bande 43.Réseaux professionnelsCegeka n'ambitionne pas de devenir un opérateur national comme Orange, Telenet ou Proximus. Mais elle entend néanmoins proposer des services 5G aux entreprises. Dans la pratique, il s'agira alors surtout de réseaux professionnels locaux que Cegeka exploitera et sur lesquels les entreprises pourront faire tourner des applications ou des services spécifiques. Pour ses projets 5G, Cegeka ciblera du reste spécialement 5G Standalone, une version de la 5G qui ne sera commercialisée que cet automne."Sur le marché B2B, il y a énormément de 'use cases' dans différents secteurs. En reprenant Gridmax, nous serons mieux armés pour desservir ce marché et ce, tant avec sa technologie qu'avec son spectre. Ce sera parfois avec la 4G et parfois avec la 5G. Mais notre boîte à outils s'est fortement étoffée avec ce rachat", conclut Vanhove.