Stéphane Israël, directeur de la firme de lancement Arianespace, a annoncé sur Twitter qu'en raison d'un problème au niveau de la séquence automatisée du système lanceur, les opérations sont interrompues aujourd'hui. Davantage d'informations seront données ultérieurement.

De la base de Kourou en Guinée française, la fusée porteuse Soyouz-Frégate aurait dû normalement décoller à 09H54' (heure belge) avec le satellite Cheops. Ce dernier a été conçu pour tourner en orbite synchrone avec le soleil à 700 km d'altitude. Le lancement a cependant été interrompu 1 heure et 25 minutes avant le décollage. Il s'agit en l'occurrence d'un partenariat entre l'ESA, la Suisse et un consortium créé dans ce but sous l'égide de l'université de Berne, auquel dix autres pays membres de l'ESA ont contribué de manière significative. La Belgique en fait partie par l'entremise de l'université de Liège et du Centre Spatial de Liège (CSL). Une nouvelle date de lancement sera annoncée dans les plus brefs délais, selon Arianespace.

Stéphane Israël, directeur de la firme de lancement Arianespace, a annoncé sur Twitter qu'en raison d'un problème au niveau de la séquence automatisée du système lanceur, les opérations sont interrompues aujourd'hui. Davantage d'informations seront données ultérieurement.De la base de Kourou en Guinée française, la fusée porteuse Soyouz-Frégate aurait dû normalement décoller à 09H54' (heure belge) avec le satellite Cheops. Ce dernier a été conçu pour tourner en orbite synchrone avec le soleil à 700 km d'altitude. Le lancement a cependant été interrompu 1 heure et 25 minutes avant le décollage. Il s'agit en l'occurrence d'un partenariat entre l'ESA, la Suisse et un consortium créé dans ce but sous l'égide de l'université de Berne, auquel dix autres pays membres de l'ESA ont contribué de manière significative. La Belgique en fait partie par l'entremise de l'université de Liège et du Centre Spatial de Liège (CSL). Une nouvelle date de lancement sera annoncée dans les plus brefs délais, selon Arianespace.