Une Espagnole de 34 ans s'est réveillée un matin avec une douleur lancinante aux poignets. Elle s'est ensuite rendue dans l'hôpital de Granada. Elle n'avait jamais encore souffert de lésions aux articulations et n'avait durant les jours précédents pas fourni d'efforts physiques excessifs, selon la doctoresse Inés M. Fernandez-Guerrero dans le magazine The Lancet.

D'un examen plus approfondi, il est apparu que le problème était dû aux mouvements des pouces. La femme avoua alors avoir, lors du réveillon de Noël 2013, envoyé des messages WhatsApp pendant six heures au moins et ainsi avoir sur-sollicité gravement ses deux pouces. En outre, elle avait tenu pendant tout ce temps en main son smartphone pesant 130 grammes.

Le diagnostic posé par la doctoresse: 'WhatsAppitite'. Le traitement préconisé: des anti-inflammatoires non stéroïdiens et une interdiction de SMS.

Une Espagnole de 34 ans s'est réveillée un matin avec une douleur lancinante aux poignets. Elle s'est ensuite rendue dans l'hôpital de Granada. Elle n'avait jamais encore souffert de lésions aux articulations et n'avait durant les jours précédents pas fourni d'efforts physiques excessifs, selon la doctoresse Inés M. Fernandez-Guerrero dans le magazine The Lancet. D'un examen plus approfondi, il est apparu que le problème était dû aux mouvements des pouces. La femme avoua alors avoir, lors du réveillon de Noël 2013, envoyé des messages WhatsApp pendant six heures au moins et ainsi avoir sur-sollicité gravement ses deux pouces. En outre, elle avait tenu pendant tout ce temps en main son smartphone pesant 130 grammes. Le diagnostic posé par la doctoresse: 'WhatsAppitite'. Le traitement préconisé: des anti-inflammatoires non stéroïdiens et une interdiction de SMS.