C'est après une plainte déposée par la compagnie aérienne Lufthansa que Kevin D. fut suspecté par les enquêteurs durant l'été de 2015. Il avait réservé des vols, puis les avait annulés dans le but de récupérer de l'argent pour des vols qu'il n'avait en fait jamais payés. Lorsqu'il fut auditionné à ce propos fin août 2015, il avoua spontanément aussi avoir obtenu divers téléphones chez Mobistar (aujourd'hui Orange) sans les avoir jamais payés. En tout, il s'agissait de trente GSM et tablettes d'une valeur de quasiment 17.300 euros.

L'homme avait en fait réussi à savoir sur quelle URL la confirmation de paiement se trouvait et avait ainsi pu contourner le système. Les appareils acquis, il les a alors donnés ou vendus.

Aujourd'hui, Kevin D. comparaît devant le tribunal correctionnel de Malines. "Cet homme a besoin d'un signal fort", a déclaré le procureur Peter Peereboom. "Même après les perquisitions et l'intervention de la police, il a continué à agir dans l'illégalité. Je requiers 18 mois d'emprisonnement avec sursis probatoire."

'Par intérêt'

Selon la défense de l'homme, ce dernier a agi surtout par intérêt pour le software et non pas dans le but de s'enrichir. "Il examine la manière dont sont configurés les sites web et y recherche d'éventuelles failles", a indiqué la défense. "Il a lui-même mentionné spontanément les faits chez Mobistar, mais lorsqu'on y a prétendu que tout était parfaitement en ordre, il a continué."

La juge Erika Colpin a exhorté l'individu "à changer son comportement". La semaine prochaine, il devra répondre à Bruxelles d'autres faits encore vis-à-vis de Thalys. Une enquête était aussi en cours à propos d'actes d'escroquerie commis à l'encontre de Brussels Airlines, pour lesquels il se trouve sous contrôle électronique depuis vendredi.

C'est après une plainte déposée par la compagnie aérienne Lufthansa que Kevin D. fut suspecté par les enquêteurs durant l'été de 2015. Il avait réservé des vols, puis les avait annulés dans le but de récupérer de l'argent pour des vols qu'il n'avait en fait jamais payés. Lorsqu'il fut auditionné à ce propos fin août 2015, il avoua spontanément aussi avoir obtenu divers téléphones chez Mobistar (aujourd'hui Orange) sans les avoir jamais payés. En tout, il s'agissait de trente GSM et tablettes d'une valeur de quasiment 17.300 euros.L'homme avait en fait réussi à savoir sur quelle URL la confirmation de paiement se trouvait et avait ainsi pu contourner le système. Les appareils acquis, il les a alors donnés ou vendus.Aujourd'hui, Kevin D. comparaît devant le tribunal correctionnel de Malines. "Cet homme a besoin d'un signal fort", a déclaré le procureur Peter Peereboom. "Même après les perquisitions et l'intervention de la police, il a continué à agir dans l'illégalité. Je requiers 18 mois d'emprisonnement avec sursis probatoire."'Par intérêt'Selon la défense de l'homme, ce dernier a agi surtout par intérêt pour le software et non pas dans le but de s'enrichir. "Il examine la manière dont sont configurés les sites web et y recherche d'éventuelles failles", a indiqué la défense. "Il a lui-même mentionné spontanément les faits chez Mobistar, mais lorsqu'on y a prétendu que tout était parfaitement en ordre, il a continué."La juge Erika Colpin a exhorté l'individu "à changer son comportement". La semaine prochaine, il devra répondre à Bruxelles d'autres faits encore vis-à-vis de Thalys. Une enquête était aussi en cours à propos d'actes d'escroquerie commis à l'encontre de Brussels Airlines, pour lesquels il se trouve sous contrôle électronique depuis vendredi.