L'utilisation d'applis par des enfants et des jeunes en général augmente sensiblement, surtout en cette période de confinement. Ce qui préoccupe le parlementaire Matheï, c'est que ces applis ne sont pas contrôlées au niveau des règles de confidentialité. Il réclame donc plus d'attention au respect de la vie privée des enfants et des jeunes gens/filles. Il souhaite que l'Autorité de protection des données combine contrôles et campagnes d'information.

'Nous n'avons évidemment aucun problème quant à l'utilisation responsable de ces applis. Mais les enfants restent vulnérables et ne sont pas souvent conscients du partage des données personnelles', affirme Matheï. 'Ils partagent donc des données, photos et vidéos, sans êtres conscients que tant d'autres jeunes que des adultes puissent utiliser ces données et malheureusement en abuser. Aucun parent n'accepte que les données de ses enfants tombe entre les mains de personnes mal intentionnées.'

L'utilisation d'applis par des enfants et des jeunes en général augmente sensiblement, surtout en cette période de confinement. Ce qui préoccupe le parlementaire Matheï, c'est que ces applis ne sont pas contrôlées au niveau des règles de confidentialité. Il réclame donc plus d'attention au respect de la vie privée des enfants et des jeunes gens/filles. Il souhaite que l'Autorité de protection des données combine contrôles et campagnes d'information.'Nous n'avons évidemment aucun problème quant à l'utilisation responsable de ces applis. Mais les enfants restent vulnérables et ne sont pas souvent conscients du partage des données personnelles', affirme Matheï. 'Ils partagent donc des données, photos et vidéos, sans êtres conscients que tant d'autres jeunes que des adultes puissent utiliser ces données et malheureusement en abuser. Aucun parent n'accepte que les données de ses enfants tombe entre les mains de personnes mal intentionnées.'