En Nouvelle-Zélande, des chercheurs travaillent sur une nouvelle matière qui pourrait faire en sorte que la mémoire RAM puisse stocker des données, même après la mise hors tension de l'appareil.

Il s'agit en l'occurrence d'un fin film constitué par ce qu'on appelle des nitrures de terre rare (atomes d'azote) utilisés sous vide. Ces nitrures sont alors magnétisés pour pouvoir conserver des données, même sans présence de courant.

La recherche n'est pas encore terminée, mais est suivie de près. En cas de réussite, cette innovation pourrait faire en sorte que les appareils fonctionnent de manière plus rapide et flexible avec moins de courant.

La recherche est effectuée à la Victoria University. Pour magnétiser la matière, les scientifiques ont recours au nitrure d'europium caractérisé par un manque d'atomes d'azote, ce qui provoque la magnétisation.

En Nouvelle-Zélande, des chercheurs travaillent sur une nouvelle matière qui pourrait faire en sorte que la mémoire RAM puisse stocker des données, même après la mise hors tension de l'appareil. Il s'agit en l'occurrence d'un fin film constitué par ce qu'on appelle des nitrures de terre rare (atomes d'azote) utilisés sous vide. Ces nitrures sont alors magnétisés pour pouvoir conserver des données, même sans présence de courant. La recherche n'est pas encore terminée, mais est suivie de près. En cas de réussite, cette innovation pourrait faire en sorte que les appareils fonctionnent de manière plus rapide et flexible avec moins de courant. La recherche est effectuée à la Victoria University. Pour magnétiser la matière, les scientifiques ont recours au nitrure d'europium caractérisé par un manque d'atomes d'azote, ce qui provoque la magnétisation.