En tout, il est question en Europe de 38,7 milliards de dollars (34,8 milliards d'euros) de capital-risque injectés dans des jeunes pousses, selon l'agence comptable et conseil KPMG dans un nouveau rapport. Il s'agit d'une hausse de quasiment 40 pour cent par rapport à 2018.

Les accords conclus ont vu leur montant gonfler, du fait que les investisseurs ont surtout injecté de l'argent dans des startups actives depuis quelque temps déjà. Les gestionnaires de fortunes qui opèrent pour de riches familles, ont fait davantage parler d'eux et ont investi surtout dans des entreprises possédant déjà un business plan parfaitement au point. Les entreprises situées encore dans une phase préliminaire de leur développement ont par contre suscité moins d'intérêt.

En dépit du Brexit, les startups britanniques ont fait l'objet d'importants investissements. Snyk, qui détecte les bugs dans les logiciels, a ainsi obtenu une injection de capital d'1,25 milliard de dollars. L'entreprise 'fintech' Hastee a, elle, récolté 268 millions de dollars. Amazon a consenti pour sa part un investissement de 575 millions de dollars dans Deliveroo, mais cet accord fait encore l'objet d'une enquête de la part du contrôleur de la concurrence britannique.

Au niveau mondial, les investissements dans les startups ont par contre diminué. L'année dernière, 258 milliards de dollars y ont en effet été injectés contre 302 milliards en 2018.

En tout, il est question en Europe de 38,7 milliards de dollars (34,8 milliards d'euros) de capital-risque injectés dans des jeunes pousses, selon l'agence comptable et conseil KPMG dans un nouveau rapport. Il s'agit d'une hausse de quasiment 40 pour cent par rapport à 2018.Les accords conclus ont vu leur montant gonfler, du fait que les investisseurs ont surtout injecté de l'argent dans des startups actives depuis quelque temps déjà. Les gestionnaires de fortunes qui opèrent pour de riches familles, ont fait davantage parler d'eux et ont investi surtout dans des entreprises possédant déjà un business plan parfaitement au point. Les entreprises situées encore dans une phase préliminaire de leur développement ont par contre suscité moins d'intérêt.En dépit du Brexit, les startups britanniques ont fait l'objet d'importants investissements. Snyk, qui détecte les bugs dans les logiciels, a ainsi obtenu une injection de capital d'1,25 milliard de dollars. L'entreprise 'fintech' Hastee a, elle, récolté 268 millions de dollars. Amazon a consenti pour sa part un investissement de 575 millions de dollars dans Deliveroo, mais cet accord fait encore l'objet d'une enquête de la part du contrôleur de la concurrence britannique.Au niveau mondial, les investissements dans les startups ont par contre diminué. L'année dernière, 258 milliards de dollars y ont en effet été injectés contre 302 milliards en 2018.