Depuis 2012, Selfslagh consacre une grande partie de ses loisirs à ce qu'il appelle lui-même un 'projet de hobbyiste qui a pris une méga-tournure'. Ce qui débuta autrefois comme un simple mod (extension) du jeu populaire Grand Theft Auto IV, a évolué au fil des ans en une version 3D de sa ville préférée. Chaque bâtiment, chaque poubelle,... y a fait l'objet d'une copie virtuelle.

Financement participatif

Pendant tout ce temps, l'ingénieur en 3D était le seul à pouvoir se balader dans ce monde virtuel, mais le confinement actuel et l'annulation des Gentse Feesten l'ont fait réfléchir. 'C'est inscrit dans l'ADN des Gantois que de vouloir se révolter contre ce genre de règles, même si elles sont d'une importance vitale. Heureusement, la technologie représente ici un exutoire idéal.'

Grâce à une initiative de financement participatif (crowdfunding) lancée cette semaine, Selfslagh espère pouvoir récolter assez d'argent pour pouvoir terminer son mégaprojet et le mettre en ligne en remplacement des Gentse Feesten. Il a besoin de neuf mille euros, dont plus de mille cinq cents sont déjà rentrés via la plate-forme en quelques jours seulement.

Sans casque VR aussi

'Ghent Theft Auto sera une plate-forme permettant aux gens de se rencontrer et de vivre des choses en des lieux qu'ils connaissent depuis toujours. Ce sera aussi un endroit, où artistes et saltimbanques pourront présenter leurs numéros. Nonante pour cent des rentrées qu'ils y généreront, leur reviendront directement, puisqu'ils sont durement touchés par la crise du corona', déclare le développeur.

Même les personnes ne possédant pas de casque VR pourront flâner à travers la copie virtuelle de Gand et y faire des rencontres. 'Tout comme dans la vraie vie, cela débouchera sur des entretiens inattendus, comme par exemple durant la représentation de votre artiste favori', ajoute Selfslagh. 'Le sentiment, qui rend les Gentse Feesten si uniques, il n'est peut-être pas possible de le copier, mais on peut quand même essayer de s'en rapprocher.'

Depuis 2012, Selfslagh consacre une grande partie de ses loisirs à ce qu'il appelle lui-même un 'projet de hobbyiste qui a pris une méga-tournure'. Ce qui débuta autrefois comme un simple mod (extension) du jeu populaire Grand Theft Auto IV, a évolué au fil des ans en une version 3D de sa ville préférée. Chaque bâtiment, chaque poubelle,... y a fait l'objet d'une copie virtuelle.Pendant tout ce temps, l'ingénieur en 3D était le seul à pouvoir se balader dans ce monde virtuel, mais le confinement actuel et l'annulation des Gentse Feesten l'ont fait réfléchir. 'C'est inscrit dans l'ADN des Gantois que de vouloir se révolter contre ce genre de règles, même si elles sont d'une importance vitale. Heureusement, la technologie représente ici un exutoire idéal.'Grâce à une initiative de financement participatif (crowdfunding) lancée cette semaine, Selfslagh espère pouvoir récolter assez d'argent pour pouvoir terminer son mégaprojet et le mettre en ligne en remplacement des Gentse Feesten. Il a besoin de neuf mille euros, dont plus de mille cinq cents sont déjà rentrés via la plate-forme en quelques jours seulement.'Ghent Theft Auto sera une plate-forme permettant aux gens de se rencontrer et de vivre des choses en des lieux qu'ils connaissent depuis toujours. Ce sera aussi un endroit, où artistes et saltimbanques pourront présenter leurs numéros. Nonante pour cent des rentrées qu'ils y généreront, leur reviendront directement, puisqu'ils sont durement touchés par la crise du corona', déclare le développeur.Même les personnes ne possédant pas de casque VR pourront flâner à travers la copie virtuelle de Gand et y faire des rencontres. 'Tout comme dans la vraie vie, cela débouchera sur des entretiens inattendus, comme par exemple durant la représentation de votre artiste favori', ajoute Selfslagh. 'Le sentiment, qui rend les Gentse Feesten si uniques, il n'est peut-être pas possible de le copier, mais on peut quand même essayer de s'en rapprocher.'