Des chercheurs israéliens de l'université Ben Gurion y sont arrivés, selon Wired. L'on savait depuis assez longtemps déjà qu'un casque pouvait être utilisé de deux manières opposées.

Pour y arriver, les vibrations de l'air sont captées et converties en signaux électromagnétiques. Ces derniers sont ensuite reproduits sous une forme audio, ce qui est exactement l'inverse de ce que fait normalement le haut-parleur dans un casque.

Puces audio de RealTek

Les chercheurs ont à présent mis au point un nouveau malware qui en fait une utilisation abusive. Ils y sont parvenus par des interventions sur les puces audio de RealTek. Celles-ci sont installées dans quasiment tous les ordinateurs portables et PC et intègrent une fonction capable de convertir le canal de sortie en un canal d'entrée, ce qui transforme le haut-parleur en un microphone. 'Voilà qui rend quasiment tout ordinateur existant vulnérable à une attaque', déclare l'un des chercheurs à Wired.

Pas de solution

RealTek n'a pas encore réagi à cette découverte. Selon les chercheurs, le point faible réside dans les puces de l'entreprise, ce qui fait qu'une mise à jour logicielle n'aura guère d'effet.

Des chercheurs israéliens de l'université Ben Gurion y sont arrivés, selon Wired. L'on savait depuis assez longtemps déjà qu'un casque pouvait être utilisé de deux manières opposées.Pour y arriver, les vibrations de l'air sont captées et converties en signaux électromagnétiques. Ces derniers sont ensuite reproduits sous une forme audio, ce qui est exactement l'inverse de ce que fait normalement le haut-parleur dans un casque.Puces audio de RealTekLes chercheurs ont à présent mis au point un nouveau malware qui en fait une utilisation abusive. Ils y sont parvenus par des interventions sur les puces audio de RealTek. Celles-ci sont installées dans quasiment tous les ordinateurs portables et PC et intègrent une fonction capable de convertir le canal de sortie en un canal d'entrée, ce qui transforme le haut-parleur en un microphone. 'Voilà qui rend quasiment tout ordinateur existant vulnérable à une attaque', déclare l'un des chercheurs à Wired.Pas de solutionRealTek n'a pas encore réagi à cette découverte. Selon les chercheurs, le point faible réside dans les puces de l'entreprise, ce qui fait qu'une mise à jour logicielle n'aura guère d'effet.