Selon des initiés, Elliott Management a plusieurs raisons de vouloir le départ de Dorsey. Nombre de connaisseurs technologiques trouvent que Twitter a ces dernières années pris du retard en matière d'innovations sur d'autres médias sociaux tels Snap et Instagram. Le fait que Dorsey soit devenu aussi une figure quelque peu controversée, c'est qu'il est en même temps à la tête de l'entreprise de paiements Square, ce qui fait qu'il n'accorderait plus assez d'attention à Twitter. De plus, Dorsey, contrairement par exemple à Mark Zuckerberg de Facebook et d'Evan Spiegel et Bobby Murphy, les fondateurs de Snap, ne dispose pas d'un contrôle soumis à un vote sur l'entreprise.

Investisseur des républicains

Le directeur du fonds d'investissement Elliott, Paul Singer, est un important investisseur des républicains, le parti du plus connu des utilisateurs de Twitter au monde, le président Donald Trump (@realdonaldtrump). Dans six mois, les Américains choisiront un nouveau président, ce qui attire les utilisateurs et les annonceurs vers Twitter.

Elliott n'est certainement pas le premier investisseur à critiquer Dorsey et la stratégie de Twitter. Fin de l'année dernière déjà, Scott Galloway, professeur de marketing à la Stern School of Business de l'université de New York, avait en effet égratigné l'entreprise et son directeur. Dans un courrier, il avait à l'époque appelé le président de Twitter, Omid Kordestani, à remplacer Dorsey.

Selon des initiés, Elliott Management a plusieurs raisons de vouloir le départ de Dorsey. Nombre de connaisseurs technologiques trouvent que Twitter a ces dernières années pris du retard en matière d'innovations sur d'autres médias sociaux tels Snap et Instagram. Le fait que Dorsey soit devenu aussi une figure quelque peu controversée, c'est qu'il est en même temps à la tête de l'entreprise de paiements Square, ce qui fait qu'il n'accorderait plus assez d'attention à Twitter. De plus, Dorsey, contrairement par exemple à Mark Zuckerberg de Facebook et d'Evan Spiegel et Bobby Murphy, les fondateurs de Snap, ne dispose pas d'un contrôle soumis à un vote sur l'entreprise.Le directeur du fonds d'investissement Elliott, Paul Singer, est un important investisseur des républicains, le parti du plus connu des utilisateurs de Twitter au monde, le président Donald Trump (@realdonaldtrump). Dans six mois, les Américains choisiront un nouveau président, ce qui attire les utilisateurs et les annonceurs vers Twitter.Elliott n'est certainement pas le premier investisseur à critiquer Dorsey et la stratégie de Twitter. Fin de l'année dernière déjà, Scott Galloway, professeur de marketing à la Stern School of Business de l'université de New York, avait en effet égratigné l'entreprise et son directeur. Dans un courrier, il avait à l'époque appelé le président de Twitter, Omid Kordestani, à remplacer Dorsey.