"Le nouvel investisseur Summit Partners rejoint la direction et les actionnaires actuels", annonce Odoo par voie de communiqué de presse. Pour acquérir les actions, le fonds d'investissement verse 90 millions de dollars (un peu moins de 81 millions d'euros). La société d'investissement wallonne SRIW et les fonds de capital-risque européens Sofinnova et XAnge demeurent actionnaires.

L'arrivée de Summit Partners ne signifie pas qu'Odoo recueillera de l'argent frais. L'entreprise en a terminé avec deux phases de capitalisation: la première date de 2010, lorsqu'elle passa du stade de fournisseur de services à celui d'éditeur de logiciels, alors que la seconde remonte à 2014, quand Odoo eut besoin d'argent pour migrer vers un modèle SaaS. Une troisième phase de capitalisation n'est pas à l'ordre du jour. "Nous avons recueilli 10,4 millions d'euros et nous en resterons là dans les années à venir. Notre flux de trésorerie suffit pour financer notre croissance", a récemment déclaré Pinckaers à Trends-Tendances. "Aujourd'hui, nous possédons tout ce dont nous avons besoin: la rentabilité, le flux de trésorerie et le marché pour progresser de manière organique."

C'est en 2005, alors qu'il était encore étudiant à l'UCL, que Pinckaers se mit à proposer des logiciels open source aux PME. Il se focalisa au début sur le développement de programmes ERP, mais se tourna ensuite progressivement vers des plates-formes de CMS et d'e-commerce. Il y a cinq ans, il changea l'ancienne appellation OpenERP en Odoo. Aujourd'hui, à l'entendre, le software d'Odoo est le plus installé en entreprise au monde avec plus de 4,5 millions d'utilisateurs internationaux.

Odoo occupe actuellement quelque 750 personnes disséminées en Belgique, au Luxembourg, à San Francisco, en Inde, à Hongkong et à Dubaï. L'entreprise entend doubler ce nombre l'année prochaine pour le porter à 1.500 au minimum. Cette année, Odoo a dans ce but ouvert un nouveau bâtiment dans le parc scientifique de l'UCL à Louvain-la-Neuve.

"Le nouvel investisseur Summit Partners rejoint la direction et les actionnaires actuels", annonce Odoo par voie de communiqué de presse. Pour acquérir les actions, le fonds d'investissement verse 90 millions de dollars (un peu moins de 81 millions d'euros). La société d'investissement wallonne SRIW et les fonds de capital-risque européens Sofinnova et XAnge demeurent actionnaires.L'arrivée de Summit Partners ne signifie pas qu'Odoo recueillera de l'argent frais. L'entreprise en a terminé avec deux phases de capitalisation: la première date de 2010, lorsqu'elle passa du stade de fournisseur de services à celui d'éditeur de logiciels, alors que la seconde remonte à 2014, quand Odoo eut besoin d'argent pour migrer vers un modèle SaaS. Une troisième phase de capitalisation n'est pas à l'ordre du jour. "Nous avons recueilli 10,4 millions d'euros et nous en resterons là dans les années à venir. Notre flux de trésorerie suffit pour financer notre croissance", a récemment déclaré Pinckaers à Trends-Tendances. "Aujourd'hui, nous possédons tout ce dont nous avons besoin: la rentabilité, le flux de trésorerie et le marché pour progresser de manière organique."C'est en 2005, alors qu'il était encore étudiant à l'UCL, que Pinckaers se mit à proposer des logiciels open source aux PME. Il se focalisa au début sur le développement de programmes ERP, mais se tourna ensuite progressivement vers des plates-formes de CMS et d'e-commerce. Il y a cinq ans, il changea l'ancienne appellation OpenERP en Odoo. Aujourd'hui, à l'entendre, le software d'Odoo est le plus installé en entreprise au monde avec plus de 4,5 millions d'utilisateurs internationaux.Odoo occupe actuellement quelque 750 personnes disséminées en Belgique, au Luxembourg, à San Francisco, en Inde, à Hongkong et à Dubaï. L'entreprise entend doubler ce nombre l'année prochaine pour le porter à 1.500 au minimum. Cette année, Odoo a dans ce but ouvert un nouveau bâtiment dans le parc scientifique de l'UCL à Louvain-la-Neuve.