"Les étudiants utilisent principalement des 'groupes Facebook', créés pour une matière, un cours ou un travail particulier", explique Sofie Hiels, une des auteurs de l'enquête. La nature des informations partagées change au cours de l'année. "En-dehors des examens, les conversations concernent des informations pratiques, comme le nombre de pages d'un travail à rendre, ou le déplacement d'une leçon. En revanche, pendant la période d'examens, le contenu des matières à étudier prend toute la place".

D'après l'enquête, 56,8% de l'échantillon trouve même que Facebook est plus pratique et facile que les plate-formes d'aide à l'apprentissage de l'école elle-même.

En-dehors de l'échange d'informations, les étudiants utilisent également Facebook pour s'encourager les uns les autres, exprimer leurs frustrations et tisser des liens.

Un dixième des personnes interrogées affirme tout de même se sentir légèrement forcé à utiliser le site, et 8% en ressent un certain stress. (Belga)