Ce drone, qui se présente sous la forme d'un petit hélicoptère bipale doté d'une boule optronique sous le fuselage, s'appelle le Skeldar V-200 UAV, a annoncé ECA dans un communiqué. Il est spécialement conçu pour opérer depuis des navires, selon son constructeur, le consortium UMS Skeldar, rassemblant le groupe suédois Saab et la société suisse UMS Aero Group.

Le contrat de conception et de construction des douze nouveaux navires de lutte contre les mines (MCM en jargon) a été accordé l'an dernier par la Belgique - qui dirige le programme au profit des marines belge et néerlandaise - à Belgium Naval & Robotics, un consortium de droit belge rassemblant les sociétés françaises Naval Group et ECA Robotics. Le montant total du contrat est d'environ 2,2 milliards d'euros.

D'une longueur de 81 mètres et équipés de drones aériens, de surface et sous-marins, les futurs navires MCM pourront détecter et neutraliser les mines à distance, sans plus exposer leur équipage au danger que représentent ces engins. Ils seront ainsi doté, outre du drone Skeldar V-200, d'engins commandés à distance, comme l'USV ("Unmanned Surface Vehicle") Inspector 125, le robot sous-marin (AUV) A18-M, de sonars remorqués T18 pour la détection des mines, d'un système MIDS ("Mine Identification and Disposal System"), les robots sous-marins (ROV) Seascan et les véhicule d'identification dits "consommables" K-Ster.

Le drone aérien Skeldar V-200 a déjà été sélectionné par les marines allemande et canadiennes. Les livraisons dans le cadre du contrat conclu avec ECA Group pour les navires belges et néerlandais doivent débuter en 2023.

"Le Skeldar V-200 est sans aucun doute un atout essentiel dans le concept de stand-off (lutte contre les mines à distance, ndlr). Cet UAV avec ses capteurs intégrés et son endurance améliorera la conscience de la situation et améliorera le processus de détection dans la zone de menace des mines. En fin de compte, cela se traduira par une mission plus efficace et plus sûre pour nos précieux membres d'équipage", a commenté l'officier de programme, le capitaine de frégate Claude Bultot, cité par le communiqué.

Ce drone, qui se présente sous la forme d'un petit hélicoptère bipale doté d'une boule optronique sous le fuselage, s'appelle le Skeldar V-200 UAV, a annoncé ECA dans un communiqué. Il est spécialement conçu pour opérer depuis des navires, selon son constructeur, le consortium UMS Skeldar, rassemblant le groupe suédois Saab et la société suisse UMS Aero Group.Le contrat de conception et de construction des douze nouveaux navires de lutte contre les mines (MCM en jargon) a été accordé l'an dernier par la Belgique - qui dirige le programme au profit des marines belge et néerlandaise - à Belgium Naval & Robotics, un consortium de droit belge rassemblant les sociétés françaises Naval Group et ECA Robotics. Le montant total du contrat est d'environ 2,2 milliards d'euros.D'une longueur de 81 mètres et équipés de drones aériens, de surface et sous-marins, les futurs navires MCM pourront détecter et neutraliser les mines à distance, sans plus exposer leur équipage au danger que représentent ces engins. Ils seront ainsi doté, outre du drone Skeldar V-200, d'engins commandés à distance, comme l'USV ("Unmanned Surface Vehicle") Inspector 125, le robot sous-marin (AUV) A18-M, de sonars remorqués T18 pour la détection des mines, d'un système MIDS ("Mine Identification and Disposal System"), les robots sous-marins (ROV) Seascan et les véhicule d'identification dits "consommables" K-Ster.Le drone aérien Skeldar V-200 a déjà été sélectionné par les marines allemande et canadiennes. Les livraisons dans le cadre du contrat conclu avec ECA Group pour les navires belges et néerlandais doivent débuter en 2023."Le Skeldar V-200 est sans aucun doute un atout essentiel dans le concept de stand-off (lutte contre les mines à distance, ndlr). Cet UAV avec ses capteurs intégrés et son endurance améliorera la conscience de la situation et améliorera le processus de détection dans la zone de menace des mines. En fin de compte, cela se traduira par une mission plus efficace et plus sûre pour nos précieux membres d'équipage", a commenté l'officier de programme, le capitaine de frégate Claude Bultot, cité par le communiqué.