Ces dernières semaines, le crypto-marché a connu un spectaculaire recul. La présidente de la BCE, Christine Lagarde, reconnaît que la crypto-monnaie exerce une certaine attirance sur la population, mais elle met en même temps en garde contre le fait que ces espèces sont de la pacotille et n'offrent pas un refuge sûr. L'évaluation de la BCE succède à une étude effectuée dans six pays de la zone euro, dont la Belgique.

La proportion des familles ayant investi dans les crypto-monnaies diffère d'un pays à l'autre. En France, il s'agit de 6 pour cent, en Belgique d'un peu moins de 10 pour cent, alors qu'aux Pays-Bas, quasiment 15 pour cent des ménages ont acheté des crypto-monnaies. La majorité des investisseurs privés déclare posséder moins de 5.000 euros en crypto-espèces. Quelque 6 pour cent indiquent y avoir investi plus de 30.000 euros.

Une autre leçon à tirer de l'étude de la BCE, c'est que ce sont les ménages à haut revenu qui ont investi plus souvent dans les crypto-monnaies, mais que ceux à faible revenu possèdent proportionnellement plus d'actifs de ce type que les ménages à revenu moyen.

Récemment encore, la BCE a plaidé pour l'élaboration d'une réglementation mondiale pour ce secteur encore récent qui représente un risque pour les finances des familles. Malgré des mouvements imprévisibles sur le crypto-marché, la valeur des crypto-espèces atteignait 2.500 milliards d'euros fin de l'année dernière, soit sept fois plus que l'année précédente.

Ces dernières semaines, le crypto-marché a connu un spectaculaire recul. La présidente de la BCE, Christine Lagarde, reconnaît que la crypto-monnaie exerce une certaine attirance sur la population, mais elle met en même temps en garde contre le fait que ces espèces sont de la pacotille et n'offrent pas un refuge sûr. L'évaluation de la BCE succède à une étude effectuée dans six pays de la zone euro, dont la Belgique.La proportion des familles ayant investi dans les crypto-monnaies diffère d'un pays à l'autre. En France, il s'agit de 6 pour cent, en Belgique d'un peu moins de 10 pour cent, alors qu'aux Pays-Bas, quasiment 15 pour cent des ménages ont acheté des crypto-monnaies. La majorité des investisseurs privés déclare posséder moins de 5.000 euros en crypto-espèces. Quelque 6 pour cent indiquent y avoir investi plus de 30.000 euros.Une autre leçon à tirer de l'étude de la BCE, c'est que ce sont les ménages à haut revenu qui ont investi plus souvent dans les crypto-monnaies, mais que ceux à faible revenu possèdent proportionnellement plus d'actifs de ce type que les ménages à revenu moyen.Récemment encore, la BCE a plaidé pour l'élaboration d'une réglementation mondiale pour ce secteur encore récent qui représente un risque pour les finances des familles. Malgré des mouvements imprévisibles sur le crypto-marché, la valeur des crypto-espèces atteignait 2.500 milliards d'euros fin de l'année dernière, soit sept fois plus que l'année précédente.