Huang Qi a été reconnu coupable de "divulgation de secrets d'Etat" et s'est vu confisquer 200.000 yuans (26.100 euros) de biens personnels, a précisé dans un communiqué le Tribunal populaire intermédiaire de Miangyang (sud-ouest).

Huang Qi, 56 ans, est un vétéran de la dissidence en Chine. Régulièrement dans le collimateur des autorités depuis l'an 2000, il a dirigé le site internet "64 Tianwang" --bloqué dans le pays-- pour rappeler l'écrasement sanglant du mouvement de protestation de la place Tiananmen à Pékin, le 4 juin 1989 (événement connu en Chine sous la date "6-4").

Huanq Qi, qui est en mauvaise santé selon des organisations de défense des droits de l'Homme, avait été arrêté en 2016, peu après avoir obtenu le prix Reporters sans frontières - TV5 Monde de la liberté de la presse.

Il avait déjà reçu en 2004 le prix RSF du cyberdissident après avoir été condamné quatre ans plus tôt. En 2009, il était à nouveau condamné, cette fois à trois ans de prison, après avoir dénoncé le mauvais état de la construction des écoles qui s'étaient effondrées l'année précédente lors du tremblement de terre du Sichuan (87.000 morts et disparus).