Les plaintes portent sur ce qu'on appelle l'Identifier for Advertisers (IDFA) qui est automatiquement généré lors du paramétrage d'un nouvel iPhone. Avec ce code, Apple et d'autres acteurs du genre peuvent suivre les utilisateurs en ligne et ce, à de fins de personnalisation de publicités par exemple.

C'est la première fois qu'Apple fait l'objet d'une plainte pour violation des lois européennes sur le respect de la vie privée. Le groupe technologique affirme pourtant être nettement plus attentif en la matière que d'autres firmes telles Google et Facebook. Apple n'a pas encore réagi à la plainte.

Affaire Facebook

Avec son organisation Noyb, Schrems avait déjà intenté un procès à Facebook en Irlande. Il s'en était suivi que ce qu'on appelle le traité Privacy Shield avait été déclaré nul par la Cour européenne. Cela implique que les entreprises ne peuvent plus envoyer comme si de rien n'était des données d'utilisateurs européens aux Etats-Unis. Facebook s'est entre-temps tournée vers la Justice pour s'opposer à ce jugement, du fait, selon elle, qu'il est impossible de conserver les données européennes au sein de l'UE.

Schrems fustige la lenteur des autorités irlandaises en matière de respect de la vie privée et espère que leurs pendantes espagnoles et allemandes iront plus rapidement dans l'affaire Apple. Noyb déclare cibler également Google, qui possède un système de suivi comparable à celui d'Apple.

Les plaintes portent sur ce qu'on appelle l'Identifier for Advertisers (IDFA) qui est automatiquement généré lors du paramétrage d'un nouvel iPhone. Avec ce code, Apple et d'autres acteurs du genre peuvent suivre les utilisateurs en ligne et ce, à de fins de personnalisation de publicités par exemple.C'est la première fois qu'Apple fait l'objet d'une plainte pour violation des lois européennes sur le respect de la vie privée. Le groupe technologique affirme pourtant être nettement plus attentif en la matière que d'autres firmes telles Google et Facebook. Apple n'a pas encore réagi à la plainte.Avec son organisation Noyb, Schrems avait déjà intenté un procès à Facebook en Irlande. Il s'en était suivi que ce qu'on appelle le traité Privacy Shield avait été déclaré nul par la Cour européenne. Cela implique que les entreprises ne peuvent plus envoyer comme si de rien n'était des données d'utilisateurs européens aux Etats-Unis. Facebook s'est entre-temps tournée vers la Justice pour s'opposer à ce jugement, du fait, selon elle, qu'il est impossible de conserver les données européennes au sein de l'UE.Schrems fustige la lenteur des autorités irlandaises en matière de respect de la vie privée et espère que leurs pendantes espagnoles et allemandes iront plus rapidement dans l'affaire Apple. Noyb déclare cibler également Google, qui possède un système de suivi comparable à celui d'Apple.