Uber attribue son retrait à un environnement réglementaire abusif. En d'autres mots, les autorités locales lui ont interdit d'encore proposer ses services. Tout comme dans notre pays, les autorités affirment que l'entreprise ne peut recourir à des personnes assumant la fonction de chauffeur de taxi sans disposer des licences requises.

L'offre d'Uberpop, avec des chauffeurs 'ordinaires', disparaît ainsi du paysage allemand. Uber continue cependant de proposer les alternatives UberX et UberBlack, deux services par lesquels le client peut commander un chauffeur professionnel. Mais cette offre dans les villes susmentionnées s'avérait trop limitée, ce qui a amené l'entreprise à jeter l'éponge.

A Berlin et Munich, Uber continue de proposer UberX et UberBlack et déclare vouloir améliorer le dialogue avec les autorités locales dans l'espoir de pouvoir ainsi rester actif sur le marché allemand.

Uber attribue son retrait à un environnement réglementaire abusif. En d'autres mots, les autorités locales lui ont interdit d'encore proposer ses services. Tout comme dans notre pays, les autorités affirment que l'entreprise ne peut recourir à des personnes assumant la fonction de chauffeur de taxi sans disposer des licences requises.L'offre d'Uberpop, avec des chauffeurs 'ordinaires', disparaît ainsi du paysage allemand. Uber continue cependant de proposer les alternatives UberX et UberBlack, deux services par lesquels le client peut commander un chauffeur professionnel. Mais cette offre dans les villes susmentionnées s'avérait trop limitée, ce qui a amené l'entreprise à jeter l'éponge.A Berlin et Munich, Uber continue de proposer UberX et UberBlack et déclare vouloir améliorer le dialogue avec les autorités locales dans l'espoir de pouvoir ainsi rester actif sur le marché allemand.