Uber et le service de circulation s'affrontent depuis le début du projet déjà. Le service de taxis 'autonomes' d'Uber a été inauguré le mercredi 14 décembre à San Francisco et quelques heures plus tard, Uber a reçu un courrier l'intimant de solliciter pour ce faire une autorisation coûtant 150 dollars. Uber refusa de la demander par principe, parce que cette autorisation s'applique aux voitures autonomes, ce qui n'est pas le cas de ses voitures. Ses voitures ne peuvent, selon elle, pas rouler de manière entièrement 'autonome' car il y a toujours un chauffeur à bord pour intervenir le cas échéant. Voilà pourquoi il s'agirait plutôt d'un assistant à la conduite, selon Uber, tout comme l'est l'Autopilot de Tesla.

Uber annonce à présent à TechCrunch qu'elle interrompt temporairement son test en Californie, mais examine où elle pourrait utiliser ses voitures quelque part ailleurs.

Incidents

Les véhicules d'Uber ont défrayé la chronique ces dernières semaines en raison de plusieurs incidents. C'est ainsi qu'elles ont été filmées, alors qu'elles passaient au rouge et qu'elles semblaient éprouver des problèmes avec les pistes cyclables. Uber teste des voitures 'autonomes' aussi à Pittsburgh en Pennsylvanie, où s'appliquent d'autres règles, ce qui fait qu'une autorisation spéciale n'est pas nécessaire.