"Enquêtes de détectives privés dirigées contre des ministres bruxellois, violations répétées de lois sectorielles, destructions de données, obstructions à la Justice, organisation de fausses manifestations, soupçons de fraude fiscale, sociétés écran pour contourner la législation bruxelloise, etc. sont autant d'attaques contre notre Etat de droit et notre démocratie", a expliqué M. Chahid.

"Face à des comportements aussi violents, l'impunité n'est pas une option pour le PS", a-t-il ajouté. De son côté, le chef de groupe PS à la Chambre, Ahmed Laaouej, a fait savoir qu'il interpellera le ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne, afin qu'il fasse usage de son droit d'injonction positive à l'égard du parquet. Les agissements révélés par le consortium international de journalistes méritent à ses yeux l'ouverture d'une enquête judiciaire. Rien n'indique en outre que ces faits ont cessé, notamment en matière de fraude fiscale, a-t-il souligné.

La place d'Uber ou de sociétés offrant les mêmes services de transport dans la capitale belge, comme dans d'autres grandes villes dans le monde, a donné lieu à d'âpres débats politiques et a débouché sur une réforme du "plan taxi" approuvée par le parlement régional au mois de juin.

"Enquêtes de détectives privés dirigées contre des ministres bruxellois, violations répétées de lois sectorielles, destructions de données, obstructions à la Justice, organisation de fausses manifestations, soupçons de fraude fiscale, sociétés écran pour contourner la législation bruxelloise, etc. sont autant d'attaques contre notre Etat de droit et notre démocratie", a expliqué M. Chahid."Face à des comportements aussi violents, l'impunité n'est pas une option pour le PS", a-t-il ajouté. De son côté, le chef de groupe PS à la Chambre, Ahmed Laaouej, a fait savoir qu'il interpellera le ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne, afin qu'il fasse usage de son droit d'injonction positive à l'égard du parquet. Les agissements révélés par le consortium international de journalistes méritent à ses yeux l'ouverture d'une enquête judiciaire. Rien n'indique en outre que ces faits ont cessé, notamment en matière de fraude fiscale, a-t-il souligné.La place d'Uber ou de sociétés offrant les mêmes services de transport dans la capitale belge, comme dans d'autres grandes villes dans le monde, a donné lieu à d'âpres débats politiques et a débouché sur une réforme du "plan taxi" approuvée par le parlement régional au mois de juin.