Par contraste, son service de livraisons de repas à domicile profite du "Grand confinement", avec un chiffre d'affaires en hausse de 53% à 819 millions, une portion encore maigre des 3,5 milliards de recettes accumulées en tout.

"Nous sommes encouragés par l'augmentation récente des livraisons de nourriture et par les premiers signes de réouverture de certains marchés", a tenté de rassurer Dara Khosrowshahi dans le communiqué de résultats publié jeudi.

Les réservations brutes de trajets (essentiellement les recettes avant déductions des taxes, péages ou diverses rémunérations des chauffeurs) ont diminué de 5% en un an à 10,9 milliards de dollars, tandis que celles d'Uber Eats bondissaient de 52%.

Alors que la société basée à San Francisco prévoyait d'atteindre la rentabilité tant attendue au dernier trimestre 2020, elle a indiqué jeudi que cet objectif serait retardé de plusieurs trimestres - mais pas de plusieurs années. Le titre du groupe entré en Bourse il y a un an perdait près de 2% lors des échanges électroniques après la clôture de Wall Street.

Par contraste, son service de livraisons de repas à domicile profite du "Grand confinement", avec un chiffre d'affaires en hausse de 53% à 819 millions, une portion encore maigre des 3,5 milliards de recettes accumulées en tout."Nous sommes encouragés par l'augmentation récente des livraisons de nourriture et par les premiers signes de réouverture de certains marchés", a tenté de rassurer Dara Khosrowshahi dans le communiqué de résultats publié jeudi.Les réservations brutes de trajets (essentiellement les recettes avant déductions des taxes, péages ou diverses rémunérations des chauffeurs) ont diminué de 5% en un an à 10,9 milliards de dollars, tandis que celles d'Uber Eats bondissaient de 52%.Alors que la société basée à San Francisco prévoyait d'atteindre la rentabilité tant attendue au dernier trimestre 2020, elle a indiqué jeudi que cet objectif serait retardé de plusieurs trimestres - mais pas de plusieurs années. Le titre du groupe entré en Bourse il y a un an perdait près de 2% lors des échanges électroniques après la clôture de Wall Street.