Du fait de son expansion à l'international, Uber a investi ces dernières années des milliards de dollars avec la promesse de dégager par la suite des bénéfices. Cette semaine, la société américaine a annoncé avoir enregistré des résultats positifs durant les mois de juillet et d'août, sans prendre en compte les intérêts, impôts et amortissements. Selon son directeur financier, Nelson Chai, l'entreprise serait donc sur la bonne voie pour quitter la zone rouge au cours du troisième trimestre. Cela étant, ces prévisions ont été formulées de manière très prudente, compte tenu d'un EBIDTA évalué entre - 25 millions de dollars et 25 millions de dollars.

Augmentation de valeur

Au cours du trimestre écoulé, Uber avait déjà dégagé un bénéfice de 1,1 milliard de dollars, un résultat entièrement dû à l'augmentation de valeur de certaines participations, notamment dans la chinoise Didi ou dans le fabricant de voitures autonomes Aurora. Sans ces éléments non-récurrents, Uber aurait essuyé une perte de 700 millions de dollars.

Depuis la pandémie du coronavirus, le groupe profite d'une hausse de la demande de livraisons de repas, une activité (Uber Eats) dont l'importance ne fait que croître.

Du fait de son expansion à l'international, Uber a investi ces dernières années des milliards de dollars avec la promesse de dégager par la suite des bénéfices. Cette semaine, la société américaine a annoncé avoir enregistré des résultats positifs durant les mois de juillet et d'août, sans prendre en compte les intérêts, impôts et amortissements. Selon son directeur financier, Nelson Chai, l'entreprise serait donc sur la bonne voie pour quitter la zone rouge au cours du troisième trimestre. Cela étant, ces prévisions ont été formulées de manière très prudente, compte tenu d'un EBIDTA évalué entre - 25 millions de dollars et 25 millions de dollars.Au cours du trimestre écoulé, Uber avait déjà dégagé un bénéfice de 1,1 milliard de dollars, un résultat entièrement dû à l'augmentation de valeur de certaines participations, notamment dans la chinoise Didi ou dans le fabricant de voitures autonomes Aurora. Sans ces éléments non-récurrents, Uber aurait essuyé une perte de 700 millions de dollars.Depuis la pandémie du coronavirus, le groupe profite d'une hausse de la demande de livraisons de repas, une activité (Uber Eats) dont l'importance ne fait que croître.