Twitter a notamment supprimé 2.541 comptes du réseau égyptien El Fagr. Ils diffusaient des critiques à l'égard de l'Iran, du Qatar et de la Turquie, à savoir les pays avec lesquels l'Egypte est régulièrement brouillée. Selon Twitter, le réseau agissait probablement à la demande du gouvernement égyptien. L'année dernière déjà, Facebook avait également supprimé des centaines de pages d'El Fagr.

En outre, Twitter a mis hors ligne 5.350 comptes faisant l'apologie des autorités saoudiennes et critiquant le Qatar et la Turquie. Par ailleurs, un collaborateur du gouvernement du Honduras a à lui tout seul créé 3.104 faux comptes 'retweetant' chaque tweet du président hondurien. Selon Twitter, l'Indonésie utilisait également 795 comptes factices en vue de diffuser de la propagande à l'encontre du mouvement pour l'indépendance en Papouasie occidentale. Enfin, le service de messagerie a aussi bloqué 8.558 comptes faisant la promotion du parti au pouvoir en Serbie.

Twitter a notamment supprimé 2.541 comptes du réseau égyptien El Fagr. Ils diffusaient des critiques à l'égard de l'Iran, du Qatar et de la Turquie, à savoir les pays avec lesquels l'Egypte est régulièrement brouillée. Selon Twitter, le réseau agissait probablement à la demande du gouvernement égyptien. L'année dernière déjà, Facebook avait également supprimé des centaines de pages d'El Fagr.En outre, Twitter a mis hors ligne 5.350 comptes faisant l'apologie des autorités saoudiennes et critiquant le Qatar et la Turquie. Par ailleurs, un collaborateur du gouvernement du Honduras a à lui tout seul créé 3.104 faux comptes 'retweetant' chaque tweet du président hondurien. Selon Twitter, l'Indonésie utilisait également 795 comptes factices en vue de diffuser de la propagande à l'encontre du mouvement pour l'indépendance en Papouasie occidentale. Enfin, le service de messagerie a aussi bloqué 8.558 comptes faisant la promotion du parti au pouvoir en Serbie.