Selon l'agence de presse Reuters, l'article en question contenait des accusations non fondées à l'adresse d'un scientifique de la ville de Wuhan, où l'épidémie a débuté. Il aurait créé le coronavirus dans le but d'en faire une arme biologique. L'article portait le titre suivant: Est-ce cet homme qui est à l'initiative de la propagation mondiale du coronavirus?'.

L'article mentionnait également le nom et les données de contact du chercheur, des informations qui furent immédiatement partagées. Les lecteurs de cet article étaient en outre invités à 'rendre une petite visite au scientifique actif à l'institut de virologie de Wuhan', afin d'en savoir plus sur la cause de l'épidémie.

Infraction aux règles stratégiques

Selon Twitter, les règles stratégiques en matière 'd'abus et d'intimidation' du service de messagerie ont de ce fait été enfreintes. Le compte populaire de Zero Hedge, qui possédait quelque 670.000 suiveurs, a été par conséquent bloqué. Le blog d'infos ne s'en est cependant pas laissé compter et a ce week-end créé directement un nouveau compte sous l'appellation FreeZeroHedge. Ce dernier a réussi en un minimum de temps à s'attirer plus de 42.000 suiveurs.

Twitter n'est pas la seule entreprise de médias sociaux à prendre des mesures contre la désinformation sur le coronavirus. La semaine dernière, Facebook avait annoncé aussi la suppression de fausses nouvelles et de théories du complot activement liées à l'épidémie.

Selon l'agence de presse Reuters, l'article en question contenait des accusations non fondées à l'adresse d'un scientifique de la ville de Wuhan, où l'épidémie a débuté. Il aurait créé le coronavirus dans le but d'en faire une arme biologique. L'article portait le titre suivant: Est-ce cet homme qui est à l'initiative de la propagation mondiale du coronavirus?'.L'article mentionnait également le nom et les données de contact du chercheur, des informations qui furent immédiatement partagées. Les lecteurs de cet article étaient en outre invités à 'rendre une petite visite au scientifique actif à l'institut de virologie de Wuhan', afin d'en savoir plus sur la cause de l'épidémie.Selon Twitter, les règles stratégiques en matière 'd'abus et d'intimidation' du service de messagerie ont de ce fait été enfreintes. Le compte populaire de Zero Hedge, qui possédait quelque 670.000 suiveurs, a été par conséquent bloqué. Le blog d'infos ne s'en est cependant pas laissé compter et a ce week-end créé directement un nouveau compte sous l'appellation FreeZeroHedge. Ce dernier a réussi en un minimum de temps à s'attirer plus de 42.000 suiveurs.Twitter n'est pas la seule entreprise de médias sociaux à prendre des mesures contre la désinformation sur le coronavirus. La semaine dernière, Facebook avait annoncé aussi la suppression de fausses nouvelles et de théories du complot activement liées à l'épidémie.