A partir d'aujourd'hui, des utilisateurs peuvent en Inde dénoncer auprès de Twitter de fausses informations destinées à influencer le scrutin. Il en sera de même pour les électeurs européens dès le 28 avril. La plate-forme entend ainsi éviter d'être utilisée à des fins d'interférence ou de manipulation électorale.

Avec ses 900 millions d'électeurs, l'Inde organise le plus grand scrutin démocratique au monde. Les élections y durent plusieurs semaines. Et en Europe, les 28 états membres de l'UE éliront leurs représentants entre le 23 et le 26 mai.

Des mentions de fausses nouvelles et d'autres messages incongrus sont analysées par Twitter sur base de ses propres critères. Les comptes, dont la plate-forme constate qu'ils insèrent systématiquement de la désinformation électorale, pourront être suspendus.

Twitter est sous pression dans l'UE. Selon Bruxelles, l'entreprise technologique devrait être davantage transparente quant à l'origine de certains messages publicitaires sur des sujets politiquement sensibles comme l'immigration et le changement climatique.