De janvier à mars, TSMC a réalisé un bénéfice net de 137,7 milliards de dollars taïwanais, soit quelque 4,05 milliards d'euros. C'est 19,4 pour cent de plus que durant le trimestre correspondant de l'année dernière. Son chiffre d'affaires a grimpé de 25,4 pour cent à 12,92 milliards de dollars américains (10,78 milliards d'euros).

L'entreprise attribue sa croissance notamment à la demande supérieure de HPC (High Performance Computing), mais cette hausse a été limitée par une moindre demande de smartphones. Pour le trimestre en cours, elle s'attend à ce que cette tendance se poursuive.

La carence persistera

TSMC est de loin le principal fabricant de puces au monde. La firme produit entre autres des semi-conducteurs pour Apple, AMD et Nvidia et possède une part de marché de 58,8 pour cent (selon l'analyste Gartner). En guise de comparaison, le numéro deux du marché, UMC, doit se contenter de 7,8 pour cent de part de marché.

Il en résulte que la production de TSMC joue aussi un rôle essentiel dans la pénurie mondiale de puces. L'entreprise affirme faire tout ce qui est possible pour accroître sa productivité et maintenir ainsi les prix des puces à un niveau raisonnable. Mais elle avertit, selon l'agence Reuters, que cette carence pourrait se prolonger jusqu'en 2022.

Cette carence se fait surtout sentir dans l'industrie automobile, où certains constructeurs doivent interrompre ou limiter leur production en raison d'un manque de puces disponibles. TSMC s'attend cependant à ce que la pénurie soit moins sérieuse dès le prochain trimestre.

100 milliards de dollars

Pour faire face à ce problème à longue échéance, TSMC annonce qu'elle investira dans les trois prochaines années cent milliards de dollars américains dans l'extension de sa capacité de production. C'est là beaucoup d'argent, même pour des fondeurs de puces.

Cet investissement ne résoudra cependant pas le problème à court terme. Construire des usines supplémentaires ou mettre en place de nouvelles lignes de production, cela prend en effet aussi du temps. Mais cela devrait veiller à ce que TSMC puisse continuer de desservir le marché.

Le fait que l'entreprise fasse cette annonce maintenant, représente aussi une réponse au concurrent Intel qui, il y a quelques semaines, avait annoncé investir vingt milliards de dollars en vue d'étendre sa production.

TSMC ne vend elle-même pas de puces, mais en fabrique pour d'autres. De son côté, Intel produit et vend ses propres puces, mais a récemment annoncé qu'elle allait désormais aussi fabriquer des puces pour d'autres marques.

De janvier à mars, TSMC a réalisé un bénéfice net de 137,7 milliards de dollars taïwanais, soit quelque 4,05 milliards d'euros. C'est 19,4 pour cent de plus que durant le trimestre correspondant de l'année dernière. Son chiffre d'affaires a grimpé de 25,4 pour cent à 12,92 milliards de dollars américains (10,78 milliards d'euros).L'entreprise attribue sa croissance notamment à la demande supérieure de HPC (High Performance Computing), mais cette hausse a été limitée par une moindre demande de smartphones. Pour le trimestre en cours, elle s'attend à ce que cette tendance se poursuive.La carence persisteraTSMC est de loin le principal fabricant de puces au monde. La firme produit entre autres des semi-conducteurs pour Apple, AMD et Nvidia et possède une part de marché de 58,8 pour cent (selon l'analyste Gartner). En guise de comparaison, le numéro deux du marché, UMC, doit se contenter de 7,8 pour cent de part de marché.Il en résulte que la production de TSMC joue aussi un rôle essentiel dans la pénurie mondiale de puces. L'entreprise affirme faire tout ce qui est possible pour accroître sa productivité et maintenir ainsi les prix des puces à un niveau raisonnable. Mais elle avertit, selon l'agence Reuters, que cette carence pourrait se prolonger jusqu'en 2022.Cette carence se fait surtout sentir dans l'industrie automobile, où certains constructeurs doivent interrompre ou limiter leur production en raison d'un manque de puces disponibles. TSMC s'attend cependant à ce que la pénurie soit moins sérieuse dès le prochain trimestre.100 milliards de dollarsPour faire face à ce problème à longue échéance, TSMC annonce qu'elle investira dans les trois prochaines années cent milliards de dollars américains dans l'extension de sa capacité de production. C'est là beaucoup d'argent, même pour des fondeurs de puces.Cet investissement ne résoudra cependant pas le problème à court terme. Construire des usines supplémentaires ou mettre en place de nouvelles lignes de production, cela prend en effet aussi du temps. Mais cela devrait veiller à ce que TSMC puisse continuer de desservir le marché.Le fait que l'entreprise fasse cette annonce maintenant, représente aussi une réponse au concurrent Intel qui, il y a quelques semaines, avait annoncé investir vingt milliards de dollars en vue d'étendre sa production.TSMC ne vend elle-même pas de puces, mais en fabrique pour d'autres. De son côté, Intel produit et vend ses propres puces, mais a récemment annoncé qu'elle allait désormais aussi fabriquer des puces pour d'autres marques.