Chez Google, Levandowski travaillait au sein de la division qui développe des voitures autonomes, aujourd'hui appelée Waymo. Il s'en alla ensuite chez Otto, une entreprise qui construit des camions autonomes et qui fut ensuite rachetée par Uber. Mais juste avant son départ de chez Google, Levandowsky déroba plus de quatorze mille documents relatifs au développement, aux concepts de produits et à d'autres projets encore en matière de voiture autonomes de l'entreprise.

L'été dernier, Levandowski avait été condamné à dix-huit mois de prison, assorti d'un sursis illimité. Or voici à présent qu'il est gracié par Donald Trump qui, lors de sa dernière journée de travail, annule les délits de 72 personnes. Les plus connues sont le rappeur Lil Wayne (détention d'armes prohibées) et l'ex-responsable stratégique de Trump et fondateur du média politique d'extrême-droite Breitbart, Steve Bannon, qui avait été accusé entre autres de fraude en matière de dons financiers destinés à ériger le fameux mur à la frontière mexicaine.

Dans un communiqué, la Maison Blanche déclare que la grâce est soutenue par de très nombreuses personnes du secteur, dont Peter Thiel, l'homme qui avait cofondé l'entreprise de datamining (extraction de données) controversée Palantir. Ces personnes évoquent les talents de Levandowski qu'il devrait utiliser dorénavant à des fins positives.

Un procès est du reste encore et toujours en cours entre Levandowski et Uber. L'homme tient Uber pour responsable des 179 millions de dollars qu'il doit verser à Google. Dans le cadre d'une seconde plainte, il prétend qu'Uber lui est redevable de milliards à cause d'une perte de valeur lors du rachat d'Otto par Uber.

Chez Google, Levandowski travaillait au sein de la division qui développe des voitures autonomes, aujourd'hui appelée Waymo. Il s'en alla ensuite chez Otto, une entreprise qui construit des camions autonomes et qui fut ensuite rachetée par Uber. Mais juste avant son départ de chez Google, Levandowsky déroba plus de quatorze mille documents relatifs au développement, aux concepts de produits et à d'autres projets encore en matière de voiture autonomes de l'entreprise.L'été dernier, Levandowski avait été condamné à dix-huit mois de prison, assorti d'un sursis illimité. Or voici à présent qu'il est gracié par Donald Trump qui, lors de sa dernière journée de travail, annule les délits de 72 personnes. Les plus connues sont le rappeur Lil Wayne (détention d'armes prohibées) et l'ex-responsable stratégique de Trump et fondateur du média politique d'extrême-droite Breitbart, Steve Bannon, qui avait été accusé entre autres de fraude en matière de dons financiers destinés à ériger le fameux mur à la frontière mexicaine.Dans un communiqué, la Maison Blanche déclare que la grâce est soutenue par de très nombreuses personnes du secteur, dont Peter Thiel, l'homme qui avait cofondé l'entreprise de datamining (extraction de données) controversée Palantir. Ces personnes évoquent les talents de Levandowski qu'il devrait utiliser dorénavant à des fins positives.Un procès est du reste encore et toujours en cours entre Levandowski et Uber. L'homme tient Uber pour responsable des 179 millions de dollars qu'il doit verser à Google. Dans le cadre d'une seconde plainte, il prétend qu'Uber lui est redevable de milliards à cause d'une perte de valeur lors du rachat d'Otto par Uber.