Dans le cadre d'une nouvelle étude, réalisée par le bureau de recherche Pew, 74 pour cent des personnes interrogées déclarent avoir au cours de l'année écoulée pris davantage leurs distances par rapport à Facebook et ce, soit en adaptant leurs paramètres de confidentialité, soit en prenant une longue pause, soit encore en supprimant purement et simplement l'appli de leur téléphone. Cette dernière solution aurait été utilisée par 24 pour cent des personnes interrogées. La confiance sans limite dans le géant technologique semble ainsi avoir fortement régressé.

L'impact est le plus grand chez les jeunes. Parmi les 18-29 ans, 44 pour cent déclarent avoir supprimé l'appli. Voilà qui peut peut-être partiellement s'expliquer - assez ironiquement - par la popularité de Facebook parmi la population plus âgée. Chez les ados et les jeunes adultes, ce sont surtout Snapchat et Instagram (une filiale de Facebook) qui sont particulièrement populaires.

Ces changements d'attitude à propos du média social vont de pair avec une série de scandales et d'enquêtes critiques, notamment de la part de politiciens. L'année dernière, Facebook a en effet été dans la ligne de mire suite au scandale Cambridge Analytica. De plus, le réseau aurait été utilisé dans plusieurs pays pour influencer les élections. Tout semble indiquer que les gens se font de la sorte plus critiques au niveau de leur utilisation du média social ou à tout le moins s'intéressent pour la première fois de près à leurs paramètres de confidentialité.