Selon la SEC, les trois ex-ingénieurs de la plateforme de streaming ont fourni à leurs associés des données confidentielles sur la croissance des abonnés entre 2016 et 2019. "Nous accusons un employé de Netflix et ses proches partenaires d'avoir mis en place un système (...) pour profiter d'informations de grande valeur, obtenues de façon illégale", a déclaré Erin Schneider, la directrice de l'antenne de San Francisco de la SEC, dans un communiqué.

Le régulateur y explique que le groupe utilisait des messageries cryptées pour éviter de se faire repérer. La SEC a réussi à monter un dossier contre les accusés grâce à "des outils analytiques sophistiqués qui permettent de détecter, défaire et stopper des procédés pernicieux impliquant de multiples informateurs et traders", a souligné Joseph Sansone, directeur de la division de la SEC chargée de ce genre d'abus. D'après la plainte de la SEC, Sung Mo "Jay" Jun, employé de Netflix en 2016 et 2017, était au coeur de l'affaire. Il passait des infos à son frère, Joon Mo Jun, et un ami, Junwoo Chon, qui s'en servaient en Bourse avant les annonces de résultats de l'entreprise californienne.

Quand Sung Mo Jun a quitté Netflix en 2017, il aurait obtenu des données similaires de la part d'un autre employé, Ayden Lee. Un autre ancien collègue, Jae Hyeon Bae, aurait lui fourni les chiffres de la croissance des abonnés avant qu'ils ne soient publiés officiellement par le groupe en juillet 2019. La SEC précise que quatre des cinq personnes incriminées ont passé un accord avec la justice, assorti de potentielles amendes. Si elles récidivent, l'accord sera rendu caduc et elles s'exposeraient alors à des poursuites.

Selon la SEC, les trois ex-ingénieurs de la plateforme de streaming ont fourni à leurs associés des données confidentielles sur la croissance des abonnés entre 2016 et 2019. "Nous accusons un employé de Netflix et ses proches partenaires d'avoir mis en place un système (...) pour profiter d'informations de grande valeur, obtenues de façon illégale", a déclaré Erin Schneider, la directrice de l'antenne de San Francisco de la SEC, dans un communiqué.Le régulateur y explique que le groupe utilisait des messageries cryptées pour éviter de se faire repérer. La SEC a réussi à monter un dossier contre les accusés grâce à "des outils analytiques sophistiqués qui permettent de détecter, défaire et stopper des procédés pernicieux impliquant de multiples informateurs et traders", a souligné Joseph Sansone, directeur de la division de la SEC chargée de ce genre d'abus. D'après la plainte de la SEC, Sung Mo "Jay" Jun, employé de Netflix en 2016 et 2017, était au coeur de l'affaire. Il passait des infos à son frère, Joon Mo Jun, et un ami, Junwoo Chon, qui s'en servaient en Bourse avant les annonces de résultats de l'entreprise californienne.Quand Sung Mo Jun a quitté Netflix en 2017, il aurait obtenu des données similaires de la part d'un autre employé, Ayden Lee. Un autre ancien collègue, Jae Hyeon Bae, aurait lui fourni les chiffres de la croissance des abonnés avant qu'ils ne soient publiés officiellement par le groupe en juillet 2019. La SEC précise que quatre des cinq personnes incriminées ont passé un accord avec la justice, assorti de potentielles amendes. Si elles récidivent, l'accord sera rendu caduc et elles s'exposeraient alors à des poursuites.