Toshiba annonce avoir eu recours à Nomura Securities en tant que conseiller financier pour passer en revue les options pour le groupe. Parmi ces options, il y aurait une possible privatisation.

L'entreprise semble ainsi répondre à l'appel de certains investisseurs. C'est ainsi qu'Effissimo Capital Management, son principal actionnaire, envisage de revendre sa participation à l'américain Bain Capital, selon l'agence Reuters. Cette dernière signale cependant qu'aucune décision n'a encore été prise à propos d'un potentiel rachat.

Reuters fait observer que des acteurs japonais devraient alors aussi intégrer l'entreprise. Dans son pays d'origine, Toshiba occupe quelques positions stratégiquement importantes, notamment dans les domaines de la défense et de l'énergie nucléaire, ce qui fait qu'un ancrage local reste nécessaire.

Toshiba lambine depuis quelques années déjà suite à un vaste scandale pour fraude, mais du fait d'un manque d'innovation technologique, les actionnaires n'adoptent pas non plus une ligne commune à propos du cap à suivre par l'entreprise. Généralement, il est cependant admis qu'en passant par une revente ou tout au moins par une alternance de quelques actionnaires importants, un vent nouveau pourrait souffler sur Toshiba.

Toshiba annonce avoir eu recours à Nomura Securities en tant que conseiller financier pour passer en revue les options pour le groupe. Parmi ces options, il y aurait une possible privatisation.L'entreprise semble ainsi répondre à l'appel de certains investisseurs. C'est ainsi qu'Effissimo Capital Management, son principal actionnaire, envisage de revendre sa participation à l'américain Bain Capital, selon l'agence Reuters. Cette dernière signale cependant qu'aucune décision n'a encore été prise à propos d'un potentiel rachat.Reuters fait observer que des acteurs japonais devraient alors aussi intégrer l'entreprise. Dans son pays d'origine, Toshiba occupe quelques positions stratégiquement importantes, notamment dans les domaines de la défense et de l'énergie nucléaire, ce qui fait qu'un ancrage local reste nécessaire.Toshiba lambine depuis quelques années déjà suite à un vaste scandale pour fraude, mais du fait d'un manque d'innovation technologique, les actionnaires n'adoptent pas non plus une ligne commune à propos du cap à suivre par l'entreprise. Généralement, il est cependant admis qu'en passant par une revente ou tout au moins par une alternance de quelques actionnaires importants, un vent nouveau pourrait souffler sur Toshiba.