Selon le journal japonais Nikkei, l'entreprise entend d'ici le mois de mars entamer la production de masse de la mémoire flash 3D NAND. Cette technologie de mémoire flash engendre entre autres une capacité supérieure.

Mais l'investissement à injecter dans l'usine oscille entre 3,37 et 4,21 milliards de dollars. Pour le financer, le géant technologique japonais envisage de revendre ses systèmes Toshiba Medical et sa production de puces 'non-memory'. Toshiba fabrique notamment des puces informatiques pour les véhicules et les appareils électroménagers.

Grâce à cet investissement, Toshiba entend de nouveau être rentable, après que l'entreprise ait encaissé quelques solides coups des suites d'un scandale comptable. Il en était résulté que la direction de l'entreprise avait été forcée de s'en aller et que la division des capteurs d'image avait été revendue.

Selon le journal japonais Nikkei, l'entreprise entend d'ici le mois de mars entamer la production de masse de la mémoire flash 3D NAND. Cette technologie de mémoire flash engendre entre autres une capacité supérieure.Mais l'investissement à injecter dans l'usine oscille entre 3,37 et 4,21 milliards de dollars. Pour le financer, le géant technologique japonais envisage de revendre ses systèmes Toshiba Medical et sa production de puces 'non-memory'. Toshiba fabrique notamment des puces informatiques pour les véhicules et les appareils électroménagers. Grâce à cet investissement, Toshiba entend de nouveau être rentable, après que l'entreprise ait encaissé quelques solides coups des suites d'un scandale comptable. Il en était résulté que la direction de l'entreprise avait été forcée de s'en aller et que la division des capteurs d'image avait été revendue.