En septembre dernier, TomTom avait fait part des options stratégiques pour sa division qui s'occupe de visionner les systèmes de traçage des véhicules. Cela suscita immédiatement l'intérêt de constructeurs automobiles, fabricants de pneus, investisseurs et éditeurs de logiciels notamment.

Selon TomTom, la revente de Telematics lui permettra de se rationaliser. Le fournisseur de services de navigation pourra ainsi mieux se concentrer sur les cartes, logiciels de navigation et informations routières. De son côté, Bridgestone indique que Telematics renforcera sa branche qui est en charge de la gestion des parcs automobiles. L'entreprise japonaise entend faire croître davantage encore la division de TomTom, qui emploie 670 personnes.

En 2017, Telematics représentait 18 pour cent du chiffre d'affaires annuel de la firme néerlandaise. Elle était de ce fait la plus petite division de TomTom. Cette dernière souhaite rétrocéder la majeure partie du montant de la revente, soit 750 millions d'euros, à ses actionnaires. Le paiement devrait se faire au cours du troisième trimestre. Il faut cependant que les actionnaires et les contrôleurs notamment agréent ce deal.