Dans une motion déposée auprès d'un tribunal de Washington, le réseau social, filiale de l'entreprise chinoise ByteDance, affirme qu'une telle interdiction ne serait pas conforme à la Constitution des Etats-Unis. Une audience doit se tenir jeudi dans un tribunal fédéral de Washington à partir de 14h00 GMT (16h HB).

Le département américain du Commerce a annoncé samedi qu'il reportait au moins jusqu'au 27 septembre (au lieu du 20 septembre) l'interdiction de télécharger aux Etats-Unis la populaire application. Une interdiction complète des activités de TikTok sur le sol américain pourrait, elle, entrer en vigueur à partir du 12 novembre. Pour y échapper, Donald Trump a exigé que TikTok fasse passer ses activités aux Etats-Unis sous contrôle américain.

"Si les interdictions ne sont pas suspendues, les dommages causés aux plaignants seront irréparables", écrit la plateforme dans le document judiciaire. L'application conteste en particulier l'idée que la mesure de l'administration Trump soit fondée sur des craintes pour la sécurité nationale des Etats-Unis. M. Trump a en effet accusé à de multiples reprises l'application d'espionnage au profit de la Chine via la collecte des données de ses utilisateurs, ce dont se défend le réseau social.

Dans une motion déposée auprès d'un tribunal de Washington, le réseau social, filiale de l'entreprise chinoise ByteDance, affirme qu'une telle interdiction ne serait pas conforme à la Constitution des Etats-Unis. Une audience doit se tenir jeudi dans un tribunal fédéral de Washington à partir de 14h00 GMT (16h HB).Le département américain du Commerce a annoncé samedi qu'il reportait au moins jusqu'au 27 septembre (au lieu du 20 septembre) l'interdiction de télécharger aux Etats-Unis la populaire application. Une interdiction complète des activités de TikTok sur le sol américain pourrait, elle, entrer en vigueur à partir du 12 novembre. Pour y échapper, Donald Trump a exigé que TikTok fasse passer ses activités aux Etats-Unis sous contrôle américain."Si les interdictions ne sont pas suspendues, les dommages causés aux plaignants seront irréparables", écrit la plateforme dans le document judiciaire. L'application conteste en particulier l'idée que la mesure de l'administration Trump soit fondée sur des craintes pour la sécurité nationale des Etats-Unis. M. Trump a en effet accusé à de multiples reprises l'application d'espionnage au profit de la Chine via la collecte des données de ses utilisateurs, ce dont se défend le réseau social.