L'état de Californie entend imposer des règles plus strictes aux entreprises comme Uber. Si cette dernière décide unilatéralement la façon dont sont organisés les journées de travail et les revenus des chauffeurs, ceux-ci ont en contrepartie le droit par exemple d'être payés en cas de maladie.

Uber est du reste montrée du doigt dans d'autres pays encore. Des gouvernements et des juges estiment qu'il s'agit d'une firme de taxi et qu'elle doit donc traiter ses chauffeurs comme des employés. Uber même argumente qu'elle n'est qu'une plate-forme technologique qui met en contact des indépendants possédant une voiture avec des gens qui veulent se déplacer. Si les chauffeurs pouvaient eux-mêmes fixer leur tarif, comme dans le cadre du test en Californie, ils disposeraient d'une plus grande liberté que si c'est Uber qui fixe les prix. Uber renforcerait ainsi son argument de n'être qu'une plate-forme.

L'état de Californie entend imposer des règles plus strictes aux entreprises comme Uber. Si cette dernière décide unilatéralement la façon dont sont organisés les journées de travail et les revenus des chauffeurs, ceux-ci ont en contrepartie le droit par exemple d'être payés en cas de maladie.Uber est du reste montrée du doigt dans d'autres pays encore. Des gouvernements et des juges estiment qu'il s'agit d'une firme de taxi et qu'elle doit donc traiter ses chauffeurs comme des employés. Uber même argumente qu'elle n'est qu'une plate-forme technologique qui met en contact des indépendants possédant une voiture avec des gens qui veulent se déplacer. Si les chauffeurs pouvaient eux-mêmes fixer leur tarif, comme dans le cadre du test en Californie, ils disposeraient d'une plus grande liberté que si c'est Uber qui fixe les prix. Uber renforcerait ainsi son argument de n'être qu'une plate-forme.