Nous étions enthousiastes, lorsque Samsung présenta à la mi-février son deuxième smartphone pliable. Contrairement au premier modèle, nous n'avons en effet provisoirement reçu aucun message faisant état de problèmes de fonctionnement ou d'une couche protectrice s'enlevant aisément.

Honnêtement, durant la semaine et demie que nous avons testé l'appareil, nous n'avons à aucun moment douté de sa qualité de construction. L'ouvrir brusquement, appuyez sur la pliure pour le refermer, le ranger déplié dans la poche du pantalon et, évidemment, l'ouvrir et le refermer à de nombreuses reprises, rien de tout cela ne nous a donné le sentiment que l'écran ou la charnière du Z Flip allaient nous laisser en plan.

Qu'en est-il de la pliure proprement dite? On la voit et on la sent certes, mais elle ne gêne généralement pas.

Qu'en est-il de la pliure proprement dite? On la voit et on la sent certes, mais elle ne gêne généralement pas. Samsung l'a joué intelligemment en utilisant un fond d'écran qui révèle à peine la pliure. Avec une photo plus claire comme fond d'écran, cela pourrait être différent. Si l'on tient le téléphone droit devant soi, on ne voit rien, mais en regardant par en-dessous ou par au-dessus de l'écran, la pliure apparaît bel et bien.

PVL
© PVL

En mode défilement, on sent que la surface est quelque peu plus douce à hauteur de la pliure. Mais cela n'est jamais gênant. Il n'y a pas de rebord sur lequel on pourrait buter, et l'on n'en arrive pas à effectuer un balayage fautif sur Tinder par exemple, parce que l'écran ne serait pas suffisamment plat. Sur ce plan, nous n'hésitons pas à dire que le Z Flip est un appareil de haute qualité, qui nous incite à rechercher d'autres formes (de pliure) possibles à des fins de comparaison.

Design

Samsung déclare qu'avec le Z Flip, elle cible le fan de luxe plutôt que le technophile pur jus ou l'utilisateur qui veut posséder l'appareil photo le plus avancé avec le meilleur processeur. Sur le plan du design, l'entreprise a à coup sûr marqué un point. La finition du Z Flip est irréprochable. C'est ainsi qu'à l'ouverture, le téléphone pivote joliment autour de la charnière et dégage une agréable impression premium.

La finition du Z Flip est irréprochable.

Samsung Galaxy Z Flip, PVL
Samsung Galaxy Z Flip © PVL

Fermé, le Z Flip fait 17 millimètres d'épaisseur et ouvert, 7,2 millimètres seulement. Il en résulte que l'appareil n'est pas plus épais qu'un modèle passe-partout. Même fermé, il s'avère plus confortable et nettement plus mince dans la poche du pantalon qu'un paquet de cigarettes.

L'appareil dispose d'un écran de 6,7 pouces, flanqué latéralement d'un autre plus petit affichant des infos comme l'heure et les notifications, mais pouvant servir aussi de viseur quand on veut effectuer un selfie avec un appareil photo à l'arrière.

PVL
© PVL

Appareils photo

A l'arrière, le Z Flip propose deux appareils photo de 12 méga-pixels (grand angle et ultra-grand angle), accompagnés en façade d'un modèle de 10 méga-pixels. Rien de spectaculaire, quand on sait que Samsung a, en même temps que cet appareil, présenté aussi le Galaxy S20 équipé entre autres d'un objectif de 108 méga-pixels. Un conseil quand même: ne vous laissez pas tourner la tête par les nombres de méga-pixels.

Samsung Galaxy Z Flip, PVL
Samsung Galaxy Z Flip © PVL

Par comparaison, nous avons effectué des prises de vue tant avec le Z Flip qu'avec le OnePlus 7 Pro, un top-appareil sorti il y a un an avec objectif de 48 méga-pixels. La qualité est proche, mais les images du Z Flip sont plus nettes et un tantinet plus détaillées.

Voulez-vous comparer par vous-même ces photos? Visionnez dans ce cas ici les photos à la résolution originale. Les noms des fichiers indiquent avec quel appareil les photos ont été prises.

Samsung a-t-elle équipé son téléphone pliable du meilleur appareil photo du moment? Non. Mais le Z Flip fournit d'excellentes images et fait mieux qu'un top-modèle d'il y a un an.

Usage quotidien

Sous le capot moteur du Z Flip, on trouve un processeur Snapdragon 855+, à savoir une version sur-cadencée du Snapdragon 855 équipant entre autres également la série S10, la série Note 10, le LG G8 ThinQ, le Pixel 4 et le OnePlus 7. Conjointement avec les 8 giga-octets de RAM, cela a valeur de haut de gamme.

Samsung Galaxy Z Flip, PVL
Samsung Galaxy Z Flip © PVL

Répétons-le une fois encore: Samsung n'a pas opté ici pour la technologie de première ligne (le S20 intègre un Snapdragon 865), mais bien pour celle de la deuxième ligne. Il y a un an, tel aurait bien été le cas.

Est-ce important? Non. A moins que ne vouliez les spécifications les plus élevées qui soient, parce que vous êtes un joueur/adepte du traitement vidéo ou du multitâche mobile invétéré. Sinon, vous ne le remarquerez pas. Il est probable que Samsung a raisonné ainsi aussi et a estimé que tant pour le processeur que pour les appareils photo, une deuxième ligne était encore et toujours plus que suffisante, ce qui lui permettait de garder le prix de ce smartphone dans les limites.

Regrouper tout cela dans un nouveau format n'a été possible que grâce à un travail en profondeur et à une longue expérience.

Durant la semaine et demie de notre test du Z Flip, nous n'avons quasiment pas pu le prendre en défaut. Ni applis saccadées ou qui se plantent, ni écran s'ouvrant lentement ou posant problème, lorsque le téléphone est à demi ouvert. Ce sont là des choses que nous pouvons attendre d'un appareil de première génération (sans compter le Galaxy Fold jamais sorti). Seule l'appli de Lastpass ne fonctionna pas comme il se doit. Cela peut paraître évident, mais regrouper tout cela dans un nouveau format n'a été possible que grâce à un travail en profondeur et à une longue expérience.

Un point sur lequel nous sommes également très enthousiastes, c'est la batterie. Avec une capacité de 3.300 mAh, le Z Flip est une fois encore bien armé, mais pas autant quand même que le S10 (3.400 mAh) ou le S20 (5.000 mAh). Mais pas de regret ici non plus: nous avons pu travailler sans problème deux jours de suite. Lorsque nous avons débranché le téléphone à 7H30' du matin, nous avons ensuite pu l'utiliser de manière exagérément intensive jusqu'à 21H30', tout en conservant encore soixante pour cent d'énergie. Tenir deux jours sans rechargement, c'est donc possible.

Utile ou pas?

Tout bien considéré, le Samsung Galaxy Z Flip est un appareil se situant tout juste en-dessous du top-segment de l'actuelle génération de smartphones. Samsung a clairement privilégié la finition, la qualité de l'écran, mais aussi le pliage de l'appareil, ce qui fait que nous n'avons pas eu le sentiment qu'il s'agissait d'un produit de première, voire de deuxième génération.

Nous avons en main une top-technologie, mais sans qu'elle ajoute vraiment un plus à l'appareil.

Mais en même temps, il nous faut écrire aussi que notre enthousiasme a été tempéré au bout de quelques jours. Certes, un téléphone pliable, c'est formidable. Mais que peut-on en faire? Du premier 'Fold', on pouvait encore dire qu'on passait d'un téléphone 'classique' à une mini-tablette. Mais du Z Flip, on peut souligner que, replié, il se range certes facilement dans la poche, mais qu'il est pour le reste aussi grand qu'un appareil normal. A une période, où tout le monde travaille à domicile, il s'avère peut-être encore utile pour des appels vidéo mains libres.

Samsung Galaxy Z Flip, PVL
Samsung Galaxy Z Flip © PVL

Nous avons en main une top-technologie, mais sans qu'elle ajoute vraiment un plus à l'appareil. Le côté pliable fera à coup sûr sensation chez vos amis ou au travail, mais cela ne va pas au-delà car au bout de quelques jours, on s'habitue à cette nouveauté.

Le téléphone est-il pour autant mauvais? Evidemment non. Mais cela ne fait assurément pas honneur à son prix de 1.500 euros. Pour moins d'argent, vous pouvez acquérir des appareils qui sont aussi bien, voire mieux équipés. Le mécanisme de pliage justifie-t-il la différence de prix? Probablement que oui pour d'aucuns, mais pour le reste, on y trouve un peu trop de gadgets et pas vraiment assez d'éléments utiles.

Nous étions enthousiastes, lorsque Samsung présenta à la mi-février son deuxième smartphone pliable. Contrairement au premier modèle, nous n'avons en effet provisoirement reçu aucun message faisant état de problèmes de fonctionnement ou d'une couche protectrice s'enlevant aisément.Honnêtement, durant la semaine et demie que nous avons testé l'appareil, nous n'avons à aucun moment douté de sa qualité de construction. L'ouvrir brusquement, appuyez sur la pliure pour le refermer, le ranger déplié dans la poche du pantalon et, évidemment, l'ouvrir et le refermer à de nombreuses reprises, rien de tout cela ne nous a donné le sentiment que l'écran ou la charnière du Z Flip allaient nous laisser en plan.Qu'en est-il de la pliure proprement dite? On la voit et on la sent certes, mais elle ne gêne généralement pas. Samsung l'a joué intelligemment en utilisant un fond d'écran qui révèle à peine la pliure. Avec une photo plus claire comme fond d'écran, cela pourrait être différent. Si l'on tient le téléphone droit devant soi, on ne voit rien, mais en regardant par en-dessous ou par au-dessus de l'écran, la pliure apparaît bel et bien.En mode défilement, on sent que la surface est quelque peu plus douce à hauteur de la pliure. Mais cela n'est jamais gênant. Il n'y a pas de rebord sur lequel on pourrait buter, et l'on n'en arrive pas à effectuer un balayage fautif sur Tinder par exemple, parce que l'écran ne serait pas suffisamment plat. Sur ce plan, nous n'hésitons pas à dire que le Z Flip est un appareil de haute qualité, qui nous incite à rechercher d'autres formes (de pliure) possibles à des fins de comparaison.DesignSamsung déclare qu'avec le Z Flip, elle cible le fan de luxe plutôt que le technophile pur jus ou l'utilisateur qui veut posséder l'appareil photo le plus avancé avec le meilleur processeur. Sur le plan du design, l'entreprise a à coup sûr marqué un point. La finition du Z Flip est irréprochable. C'est ainsi qu'à l'ouverture, le téléphone pivote joliment autour de la charnière et dégage une agréable impression premium.Fermé, le Z Flip fait 17 millimètres d'épaisseur et ouvert, 7,2 millimètres seulement. Il en résulte que l'appareil n'est pas plus épais qu'un modèle passe-partout. Même fermé, il s'avère plus confortable et nettement plus mince dans la poche du pantalon qu'un paquet de cigarettes.L'appareil dispose d'un écran de 6,7 pouces, flanqué latéralement d'un autre plus petit affichant des infos comme l'heure et les notifications, mais pouvant servir aussi de viseur quand on veut effectuer un selfie avec un appareil photo à l'arrière.Appareils photoA l'arrière, le Z Flip propose deux appareils photo de 12 méga-pixels (grand angle et ultra-grand angle), accompagnés en façade d'un modèle de 10 méga-pixels. Rien de spectaculaire, quand on sait que Samsung a, en même temps que cet appareil, présenté aussi le Galaxy S20 équipé entre autres d'un objectif de 108 méga-pixels. Un conseil quand même: ne vous laissez pas tourner la tête par les nombres de méga-pixels.Par comparaison, nous avons effectué des prises de vue tant avec le Z Flip qu'avec le OnePlus 7 Pro, un top-appareil sorti il y a un an avec objectif de 48 méga-pixels. La qualité est proche, mais les images du Z Flip sont plus nettes et un tantinet plus détaillées.Voulez-vous comparer par vous-même ces photos? Visionnez dans ce cas ici les photos à la résolution originale. Les noms des fichiers indiquent avec quel appareil les photos ont été prises.Samsung a-t-elle équipé son téléphone pliable du meilleur appareil photo du moment? Non. Mais le Z Flip fournit d'excellentes images et fait mieux qu'un top-modèle d'il y a un an.Usage quotidienSous le capot moteur du Z Flip, on trouve un processeur Snapdragon 855+, à savoir une version sur-cadencée du Snapdragon 855 équipant entre autres également la série S10, la série Note 10, le LG G8 ThinQ, le Pixel 4 et le OnePlus 7. Conjointement avec les 8 giga-octets de RAM, cela a valeur de haut de gamme.Répétons-le une fois encore: Samsung n'a pas opté ici pour la technologie de première ligne (le S20 intègre un Snapdragon 865), mais bien pour celle de la deuxième ligne. Il y a un an, tel aurait bien été le cas.Est-ce important? Non. A moins que ne vouliez les spécifications les plus élevées qui soient, parce que vous êtes un joueur/adepte du traitement vidéo ou du multitâche mobile invétéré. Sinon, vous ne le remarquerez pas. Il est probable que Samsung a raisonné ainsi aussi et a estimé que tant pour le processeur que pour les appareils photo, une deuxième ligne était encore et toujours plus que suffisante, ce qui lui permettait de garder le prix de ce smartphone dans les limites.Durant la semaine et demie de notre test du Z Flip, nous n'avons quasiment pas pu le prendre en défaut. Ni applis saccadées ou qui se plantent, ni écran s'ouvrant lentement ou posant problème, lorsque le téléphone est à demi ouvert. Ce sont là des choses que nous pouvons attendre d'un appareil de première génération (sans compter le Galaxy Fold jamais sorti). Seule l'appli de Lastpass ne fonctionna pas comme il se doit. Cela peut paraître évident, mais regrouper tout cela dans un nouveau format n'a été possible que grâce à un travail en profondeur et à une longue expérience.Un point sur lequel nous sommes également très enthousiastes, c'est la batterie. Avec une capacité de 3.300 mAh, le Z Flip est une fois encore bien armé, mais pas autant quand même que le S10 (3.400 mAh) ou le S20 (5.000 mAh). Mais pas de regret ici non plus: nous avons pu travailler sans problème deux jours de suite. Lorsque nous avons débranché le téléphone à 7H30' du matin, nous avons ensuite pu l'utiliser de manière exagérément intensive jusqu'à 21H30', tout en conservant encore soixante pour cent d'énergie. Tenir deux jours sans rechargement, c'est donc possible.Utile ou pas?Tout bien considéré, le Samsung Galaxy Z Flip est un appareil se situant tout juste en-dessous du top-segment de l'actuelle génération de smartphones. Samsung a clairement privilégié la finition, la qualité de l'écran, mais aussi le pliage de l'appareil, ce qui fait que nous n'avons pas eu le sentiment qu'il s'agissait d'un produit de première, voire de deuxième génération.Mais en même temps, il nous faut écrire aussi que notre enthousiasme a été tempéré au bout de quelques jours. Certes, un téléphone pliable, c'est formidable. Mais que peut-on en faire? Du premier 'Fold', on pouvait encore dire qu'on passait d'un téléphone 'classique' à une mini-tablette. Mais du Z Flip, on peut souligner que, replié, il se range certes facilement dans la poche, mais qu'il est pour le reste aussi grand qu'un appareil normal. A une période, où tout le monde travaille à domicile, il s'avère peut-être encore utile pour des appels vidéo mains libres.Nous avons en main une top-technologie, mais sans qu'elle ajoute vraiment un plus à l'appareil. Le côté pliable fera à coup sûr sensation chez vos amis ou au travail, mais cela ne va pas au-delà car au bout de quelques jours, on s'habitue à cette nouveauté. Le téléphone est-il pour autant mauvais? Evidemment non. Mais cela ne fait assurément pas honneur à son prix de 1.500 euros. Pour moins d'argent, vous pouvez acquérir des appareils qui sont aussi bien, voire mieux équipés. Le mécanisme de pliage justifie-t-il la différence de prix? Probablement que oui pour d'aucuns, mais pour le reste, on y trouve un peu trop de gadgets et pas vraiment assez d'éléments utiles.