Depuis 2016, HP entretient des relations tumultueuses avec des fabricants de cartouches d'encre génériques. Celles-ci sont souvent nettement meilleur marché que les cartouches officielles. Comme une série d'imprimantes de HP relativement peu coûteuses sont lancées sur le marché, dans l'idée que ces prix réduits soient compensés par la vente d'encre, l'entreprise fait tout ce qu'elle peut pour que les clients s'en tiennent à ses cartouches.

Fin 2016, HP déploya ainsi une mise à jour du firmware dans le but que ses imprimantes refusent les cartouches d'encre génériques. A l'époque, le problème fut observé aux Pays-Bas par 123inkt.nl, un vendeur de différentes cartouches d'encre. HP reconnut la pratique et invoqua la 'protection des innovations et de la propriété intellectuelle.'

Une semaine plus tard, l'entreprise fit marche arrière et promit une nouvelle mise à jour destinée à annuler les changements précédents. Quelques années plus tard, en 2019, 123inkt.nl signala toutefois de nouveau qu'une série d'imprimantes de Hewlett Packard affichaient des messages d'erreur en cas d'utilisation de cartouches d'encre bon marché.

Indemnisation

'Il est totalement inacceptable que HP prenne le contrôle d'appareils appartenant à des consommateurs, afin de les inciter ensuite à acheter des produits de sa marque', affirme Simon November de Test Achats dans un communiqué de presse. 'La pratique qui est appliquée par HP, porte un nom: de l'obsolescence programmée. Cette pratique est illégale et injustifiée. Elle cause non seulement des dommages financiers aux consommateurs, mais elle accroît aussi la quantité de déchets électroniques, alors qu'on tente précisément de les réduire.'

L'organisation de défense des consommateurs a à présent envoyé une mise en demeure à HP, conjointement avec des organisations-soeurs d'Espagne, d'Italie, du Portugal et du Brésil. Elles réclament une compensation de 150 euros en faveur des propriétaires des imprimantes. De précédentes affaires similaires aux Etats-Unis avaient abouti à l'octroi d'une indemnisation pour des consommateurs américains.

Depuis 2016, HP entretient des relations tumultueuses avec des fabricants de cartouches d'encre génériques. Celles-ci sont souvent nettement meilleur marché que les cartouches officielles. Comme une série d'imprimantes de HP relativement peu coûteuses sont lancées sur le marché, dans l'idée que ces prix réduits soient compensés par la vente d'encre, l'entreprise fait tout ce qu'elle peut pour que les clients s'en tiennent à ses cartouches.Fin 2016, HP déploya ainsi une mise à jour du firmware dans le but que ses imprimantes refusent les cartouches d'encre génériques. A l'époque, le problème fut observé aux Pays-Bas par 123inkt.nl, un vendeur de différentes cartouches d'encre. HP reconnut la pratique et invoqua la 'protection des innovations et de la propriété intellectuelle.'Une semaine plus tard, l'entreprise fit marche arrière et promit une nouvelle mise à jour destinée à annuler les changements précédents. Quelques années plus tard, en 2019, 123inkt.nl signala toutefois de nouveau qu'une série d'imprimantes de Hewlett Packard affichaient des messages d'erreur en cas d'utilisation de cartouches d'encre bon marché.'Il est totalement inacceptable que HP prenne le contrôle d'appareils appartenant à des consommateurs, afin de les inciter ensuite à acheter des produits de sa marque', affirme Simon November de Test Achats dans un communiqué de presse. 'La pratique qui est appliquée par HP, porte un nom: de l'obsolescence programmée. Cette pratique est illégale et injustifiée. Elle cause non seulement des dommages financiers aux consommateurs, mais elle accroît aussi la quantité de déchets électroniques, alors qu'on tente précisément de les réduire.'L'organisation de défense des consommateurs a à présent envoyé une mise en demeure à HP, conjointement avec des organisations-soeurs d'Espagne, d'Italie, du Portugal et du Brésil. Elles réclament une compensation de 150 euros en faveur des propriétaires des imprimantes. De précédentes affaires similaires aux Etats-Unis avaient abouti à l'octroi d'une indemnisation pour des consommateurs américains.