Un appareil domestique intelligent signifie un objet connecté que l'on retrouve dans la maison d'aujourd'hui, il peut donc s'agir d'un téléviseur, un aspirateur robot ou encore un babyphone. Pour l'association des consommateurs belges Test Achats, les dix appareils ayant échoué au test d'Euroconsumers concernent des produits bon marché de marque inconnue et trouvables sur des plateformes en ligne comme Aliexpress ou Amazon.

Parmi les failles détectées, on retrouve principalement l'absence de communication cryptée, la mauvaise programmation ou encore la faiblesse des mots de passe par défaut. Test Achats prend en exemple des routeurs de Wi-Fi vendus avec un mot de passe par défaut. "Les mots de passe sont très faciles à craquer, ce qui expose les utilisateurs au risque de voir des pirates se connecter à leur réseau domestique", explique l'association.

Les chercheurs ont également recensé un trafic de données. Dix connexions non sécurisées propres aux fabricants ou à des serveurs tiers ont été constatées dans les appareils. Le principal risque consiste à voir des données personnelles, telles que des adresses mail ou des mots de passe Wi-Fi être, interceptées par des pirates informatiques.

À la vue des résultats de cette étude, Test Achats souligne l'importance de passer à de meilleures réglementations en matière de cybersécurité. "Avec les organisations de consommateurs de nos pays partenaires, nous demandons instamment aux décideurs européens de veiller à ce que la législation sur la cybersécurité réponde aux faiblesses identifiées dans la sécurité des appareils intelligents" déclare la porte-parole de Test Achats Julie Frère. "Même les fabricants qui sont pleinement engagés dans les appareils intelligents doivent faire de gros efforts pour garantir la sécurité de leurs produits afin de susciter la confiance des consommateurs dans les appareils de demain", conclut la porte-parole.

Un appareil domestique intelligent signifie un objet connecté que l'on retrouve dans la maison d'aujourd'hui, il peut donc s'agir d'un téléviseur, un aspirateur robot ou encore un babyphone. Pour l'association des consommateurs belges Test Achats, les dix appareils ayant échoué au test d'Euroconsumers concernent des produits bon marché de marque inconnue et trouvables sur des plateformes en ligne comme Aliexpress ou Amazon.Parmi les failles détectées, on retrouve principalement l'absence de communication cryptée, la mauvaise programmation ou encore la faiblesse des mots de passe par défaut. Test Achats prend en exemple des routeurs de Wi-Fi vendus avec un mot de passe par défaut. "Les mots de passe sont très faciles à craquer, ce qui expose les utilisateurs au risque de voir des pirates se connecter à leur réseau domestique", explique l'association.Les chercheurs ont également recensé un trafic de données. Dix connexions non sécurisées propres aux fabricants ou à des serveurs tiers ont été constatées dans les appareils. Le principal risque consiste à voir des données personnelles, telles que des adresses mail ou des mots de passe Wi-Fi être, interceptées par des pirates informatiques.À la vue des résultats de cette étude, Test Achats souligne l'importance de passer à de meilleures réglementations en matière de cybersécurité. "Avec les organisations de consommateurs de nos pays partenaires, nous demandons instamment aux décideurs européens de veiller à ce que la législation sur la cybersécurité réponde aux faiblesses identifiées dans la sécurité des appareils intelligents" déclare la porte-parole de Test Achats Julie Frère. "Même les fabricants qui sont pleinement engagés dans les appareils intelligents doivent faire de gros efforts pour garantir la sécurité de leurs produits afin de susciter la confiance des consommateurs dans les appareils de demain", conclut la porte-parole.