Le véhicule était présenté à Los Angeles et ressemble à un pickup blindé futuriste. Son concept est en partie inspiré du film de James Bond 'L'espion qui m'aimait', écrit le directeur de Tesla, Elon Musk, sur Twitter. Il y qualifie le véhicule, qui a été appelé 'cybertruck', de "véhicule officiel de la planète Mars". Il devrait coûter un peu moins de 40.000 dollars (36.000 euros).

Selon Musk, il n'y a aucune possibilité de "pratiquer des éraflures sur le véhicule", ce qui a été démontré durant la présentation en assénant des coups de marteau sur une portière. Cela se passa sans problème, mais une démonstration avec une boule de métal lancée contre une vitre latérale eut nettement moins de succès. Et une deuxième tentative, moins puissante cependant, sur une autre vitre du véhicule n'eut guère plus de chance. De la réaction qu'a eue Musk, on a vite compris que ce bris de vitres n'était... pas prévu dans le show, même s'il n'est pas complètement exclu que cela soit un coup publicitaire.

Pas trop d'attentes

Les pickups sont surtout populaires aux Etats-Unis. Le fait que Tesla ait mis au point ce type de véhicule, n'était pas un secret. Il se peut du reste qu'il faille attendre des années encore, avant que le premier pickup électrique de Tesla soit réellement mis en vente.

Précédemment déjà, Musk avait déclaré ne pas attendre trop de la vente d'un éventuel pickup. Cela est probablement dû au fait que les propriétaires d'un pickup sont généralement très fidèles à la marque choisie et que le marché américain est largement dominé par Dodge, Ford et Chevrolet, alors que le constructeur japonais Toyota s'y taille aussi une part du gâteau. Le modèle principal de Tesla demeure provisoirement le Model 3, cette voiture électrique relativement abordable avec laquelle l'entreprise s'adresse à la masse.

Au terme de la présentation du 'cybertruck', un analyste fit observer que ce concept ne devrait pas tellement plaire aux entrepreneurs qui roulent actuellement en pick-up. "Ils ne vont pas se rendre ainsi sur leurs chantiers."

Selon Musk, il n'y a aucune possibilité de "pratiquer des éraflures sur le véhicule" © Belga