Il est question ici d'un projet de Telenet, Unitron et Pharrowtech en matière de 'fixed wireless access' (FWA). Dans un bâtiment, on bénéficierait alors de l'internet fixe fourni par une technologie sans fil. Voilà qui pourrait s'avérer utile en des endroits où il est malaisé ou onéreux de poser du câblage, ou pour réduire le prix de ce dernier dans son ensemble.

Le projet de recherche entend en 2022 effectuer des tests d'internet à des vitesses élevées dans des maisons et des entreprises sur base de la technologie mmWaves reposant elle-même sur la technologie à 60 GHz. Par souci de clarté, il ne s'agit pas de normes 5G, mais plutôt d'une formule expérimentale.

null, Telenet
null © Telenet

A de tellement hautes fréquences, les signaux permettent en principe de très grandes vitesses, tout en convenant généralement surtout aux très courtes distances. Idéalement même sans obstacle entre l'expéditeur et le réceptionnaire. Aux fréquences inférieures comme pour la 4G, la 5G ou le wifi, cela constitue moins un problème. Par comparaison, les fréquences pour l'internet mobile se situent plus ou moins entre 700 et 3.500 MHz (3,5 GHz). Quat au wifi, il exploite en général 2,4 GHz ou 5 GHz.

100 derniers mètres

Telenet confirme à Data News qu'elle va tester la technologie, mais qu'il ne s'agira ni d'un test à grande échelle ni d'une future offre commerciale. Avec ce projet, l'entreprise entend surtout être au top des dernières possibilités offertes par la technologie réseautique. Dans ce projet de recherche, il sera ainsi question de connectivité d'1 Gbps sur les cent derniers mètres.

Pour le projet, les trois acteurs recevront un subside non précisément révélé de la part de VLAIO, la Vlaams Agentschap voor Innovatie en Ondernemen. Pharrowtech se chargera des puces pour la technologie mmWave RFIC. Unitron aura la responsabilité des éléments de réseau, alors que Telenet, en sa qualité d'opérateur télécom, sera l'acteur qui fédérera le tout et effectuera les tests pour voir comment la nouvelle technologie fonctionnera dans la pratique.

L'imec est aussi impliqué dans le projet. Dans ses laboratoires, il sera surtout question de formation de faisceau et de contrôle de maillage. L'imec prétend qu'avec la technologie, il sera possible de rendre le déploiement jusqu'à cinq fois plus économique qu'aujourd'hui, spécifiquement pour ce qui est du 'last mile'.

Il est question ici d'un projet de Telenet, Unitron et Pharrowtech en matière de 'fixed wireless access' (FWA). Dans un bâtiment, on bénéficierait alors de l'internet fixe fourni par une technologie sans fil. Voilà qui pourrait s'avérer utile en des endroits où il est malaisé ou onéreux de poser du câblage, ou pour réduire le prix de ce dernier dans son ensemble.Le projet de recherche entend en 2022 effectuer des tests d'internet à des vitesses élevées dans des maisons et des entreprises sur base de la technologie mmWaves reposant elle-même sur la technologie à 60 GHz. Par souci de clarté, il ne s'agit pas de normes 5G, mais plutôt d'une formule expérimentale.A de tellement hautes fréquences, les signaux permettent en principe de très grandes vitesses, tout en convenant généralement surtout aux très courtes distances. Idéalement même sans obstacle entre l'expéditeur et le réceptionnaire. Aux fréquences inférieures comme pour la 4G, la 5G ou le wifi, cela constitue moins un problème. Par comparaison, les fréquences pour l'internet mobile se situent plus ou moins entre 700 et 3.500 MHz (3,5 GHz). Quat au wifi, il exploite en général 2,4 GHz ou 5 GHz.Telenet confirme à Data News qu'elle va tester la technologie, mais qu'il ne s'agira ni d'un test à grande échelle ni d'une future offre commerciale. Avec ce projet, l'entreprise entend surtout être au top des dernières possibilités offertes par la technologie réseautique. Dans ce projet de recherche, il sera ainsi question de connectivité d'1 Gbps sur les cent derniers mètres.Pour le projet, les trois acteurs recevront un subside non précisément révélé de la part de VLAIO, la Vlaams Agentschap voor Innovatie en Ondernemen. Pharrowtech se chargera des puces pour la technologie mmWave RFIC. Unitron aura la responsabilité des éléments de réseau, alors que Telenet, en sa qualité d'opérateur télécom, sera l'acteur qui fédérera le tout et effectuera les tests pour voir comment la nouvelle technologie fonctionnera dans la pratique.L'imec est aussi impliqué dans le projet. Dans ses laboratoires, il sera surtout question de formation de faisceau et de contrôle de maillage. L'imec prétend qu'avec la technologie, il sera possible de rendre le déploiement jusqu'à cinq fois plus économique qu'aujourd'hui, spécifiquement pour ce qui est du 'last mile'.