Telenet s'était adressé au Conseil d'Etat en septembre déjà, mais a récemment entamé une procédure juridique à Namur contre la vente des huit câbleurs wallons au groupe Ale-Brutélé. Ce dossier a toujours eu une connotation très politique.Le tribunal de Namur donne à présent à Telenet le droit d'accès aux documents de la vente, peut-on lire dans le journal De Standaard. Si nécessaire (en cas d'irrégularités), Telenet pourra contester la transaction. L'entreprise dispose à cette fin d'un délai de 15 jours après consultation desdits documents. Si l'opérateur malinois lance une procédure juridique, il se pourrait qu'elle aboutisse à la remise en question de la naissance d'un seul grand concurrent wallon - à présent, les acteurs wallons sont encore fortement éparpillés. Cela apporterait un solide bol d'air à Telenet qui cherche manifestement à s'étendre. L'entreprise a également manqué une collaboration stratégique avec les intercommunales du câble flamand restantes. Très récemment, elle s'est de nouveau liée à UPC, filiale de l'entreprise américaine Liberty Global.L'on s'attend cependant à ce que les intercommunales du câble wallon aillent en appel de la décision prise par le tribunal de Namur, afin de gagner du temps. Elles disposent d'un mois pour ce faire. Au cours des semaines à venir, les conseils d'administration des différents câbleurs wallons vont certainement décider d'approuver l'offre faite par Ale-Brutélé. L'un d'eux, le montois Ideatel, a déjà marqué son accord.

Telenet s'était adressé au Conseil d'Etat en septembre déjà, mais a récemment entamé une procédure juridique à Namur contre la vente des huit câbleurs wallons au groupe Ale-Brutélé. Ce dossier a toujours eu une connotation très politique.Le tribunal de Namur donne à présent à Telenet le droit d'accès aux documents de la vente, peut-on lire dans le journal De Standaard. Si nécessaire (en cas d'irrégularités), Telenet pourra contester la transaction. L'entreprise dispose à cette fin d'un délai de 15 jours après consultation desdits documents. Si l'opérateur malinois lance une procédure juridique, il se pourrait qu'elle aboutisse à la remise en question de la naissance d'un seul grand concurrent wallon - à présent, les acteurs wallons sont encore fortement éparpillés. Cela apporterait un solide bol d'air à Telenet qui cherche manifestement à s'étendre. L'entreprise a également manqué une collaboration stratégique avec les intercommunales du câble flamand restantes. Très récemment, elle s'est de nouveau liée à UPC, filiale de l'entreprise américaine Liberty Global.L'on s'attend cependant à ce que les intercommunales du câble wallon aillent en appel de la décision prise par le tribunal de Namur, afin de gagner du temps. Elles disposent d'un mois pour ce faire. Au cours des semaines à venir, les conseils d'administration des différents câbleurs wallons vont certainement décider d'approuver l'offre faite par Ale-Brutélé. L'un d'eux, le montois Ideatel, a déjà marqué son accord.