Les manifestants à Hongkong utilisent Telegram pour organiser les protestations et rester hors de portée des autorités. Mercredi, Telegram signala être aux prises avec une 'puissante' attaque DDoS. Des utilisateurs de plusieurs régions ont ensuite connu des problèmes de connexion, selon le service de messagerie.

Dans le cas d'une attaque DDoS, un ordinateur est submergé par des flux de données à cause du fait que d'autres appareils sont tous orientés simultanément vers le serveur de la cible, qui 'croule' sous la pression et n'est alors plus que malaisément accessible.