L'affaire porte sur les applis de rencontres telles Tinder, Lexa et Bumble. Lorsque les utilisateurs de ces applis souscrivent un abonnement, le paiement est traité par Apple. Or les auteurs des applis souhaitent que d'autres acteurs puissent traiter les paiements en question dans le système d'exploitation d'Apple. Ils espèrent ainsi être meilleur marché, car Apple réclame trente pour cent de commission sur les paiements.

développeurs d'applis de rencontres aux Pays-Bas de choisir d'offrir une méthode de paiement alternative en combinaison avec les achats 'in-app' d'Apple.

Dans un communiqué, la firme à la pomme affirme 'vouloir effectuer plusieurs adaptations n'altérant pas la confidentialité et la sécurité des données des utilisateurs'. L'entreprise va ajuster sa politique comme le demande l'ACM, mais cela ne l'empêchera pas d'interjeter appel.

L'affaire porte sur les applis de rencontres telles Tinder, Lexa et Bumble. Lorsque les utilisateurs de ces applis souscrivent un abonnement, le paiement est traité par Apple. Or les auteurs des applis souhaitent que d'autres acteurs puissent traiter les paiements en question dans le système d'exploitation d'Apple. Ils espèrent ainsi être meilleur marché, car Apple réclame trente pour cent de commission sur les paiements.développeurs d'applis de rencontres aux Pays-Bas de choisir d'offrir une méthode de paiement alternative en combinaison avec les achats 'in-app' d'Apple.Dans un communiqué, la firme à la pomme affirme 'vouloir effectuer plusieurs adaptations n'altérant pas la confidentialité et la sécurité des données des utilisateurs'. L'entreprise va ajuster sa politique comme le demande l'ACM, mais cela ne l'empêchera pas d'interjeter appel.