L'intelligence artificielle restera encore pas mal de temps un mot-clé de notre époque, mais cela ne signifie pour autant pas que la technologie soit aisément accessible à tout un chacun. 'Elle exige de coûteux consultants qui planchent des semaines durant sur un projet en vue de mettre en oeuvre l'AI dans une entreprise', déclare Pauwel Grepdon de Trendskout. 'Il n'y a que les toutes grandes firmes qui peuvent se le permettre. Il y a donc un fameux obstacle avant que l'AI soit implantée partout.'

Voilà pourquoi Grepdon, conjointement avec les deux autres co-fondateurs Koen Ovaere et Tom Muylle, ont décidé de changer de stratégie. Plutôt que d'opérer en tant que consultants AI, ils ont mis au point leur propre plate-forme web, qui permet aux entreprises de mettre elles-mêmes en oeuvre leur projet AI, sans l'intervention de spécialistes chèrement payés. 'D'une manière très visuelle, le client peut choisir le type de projet qu'il souhaite, avant d'importer les données mises à sa disposition. Le système recherche ensuite dans notre bibliothèque comprenant des milliers d'algorithmes et d'applications AI la combinaison de modules qui convient au client. Il ne faut donc pas être un spécialiste des données ou un expert en AI: notre algorithme les remplace.'

Durée de développement plus courte

En proposant la technologie de cette façon, Trendskout rend non seulement ces intermédiaires superflus, mais 'cela permet aussi et surtout de diminuer la durée de développement de quelques semaines à quelques jours', explique Grepdon. 'Notre algorithme exploite toute la puissance de calcul disponible à ce moment, ce qui fait que tout va nettement plus vite.'

Conçue comme une plate-forme web, Trendskout fonctionne en tant que solution SaaS pour laquelle le client s'acquitte d'un forfait mensuel. 'Ce montant est fonction de la quantité de données et donc de la puissance 'cloud' nécessaire', précise le fondateur. 'La facture pour le client qui travaille avec des fichiers Excel, sera moindre que celle pour l'exploitant d'un traitement visuel.'

Il ne faut donc pas être un spécialiste des données ou un expert en AI: notre algorithme les remplace

Grepdon et ses collègues ont entamé leur développement en 2017. Après quelques projets-pilotes, ils en sont arrivés à un produit opérationnel en 2019. 'La principale application commerciale depuis lors fut un projet pour DPG Media, où nous avons automatisé la modération des commentaires en ligne sur ses articles. Sur base de la modération humaine précédente, nous avons fait élaborer par AI un modèle qui décide automatiquement parmi les messages autoriser, refuser ou douteux, avant de laisser la décision finale à du personnel humain. Nous avons ainsi pu réduire d'un tiers l'équipe de modération de DPG Media.'

Solide phase de capitalisation

Selon Grepdon, il n'y a aucun secteur qui ne pourrait pas se tourner vers Trendskout: 'Dès qu'il y a des données avec lesquelles vous pouvez travailler, un projet AI peut être lancé. Il peut donc s'agir tout aussi bien d'une firme de production que d'une entreprise de médias. Grâce à une combinaison de marketing et de prospection active, nous voulons à présent attirer rapidement de nouveaux clients, y compris à l'étranger. Nous sommes entre-temps déjà opérationnels aux Pays-Bas, mais notre objectif est de franchir toutes les frontières à partir de l'année prochaine.'

Pour le financement, Trendskout prévoit une première solide phase de capitalisation en fin d'année: 'Jusqu'à présent, nous nous sommes suffi à nous-mêmes, mais si nous voulons croître, nous aurons besoin de plus de fonds. Cela peut se faire auprès de capital-risqueurs, mais il y a aussi l'option corporate venturing. Nous avons déjà eu des contacts avec d'intéressants partenaires potentiels, qui pourraient s'avérer complémentaires ou qui disposent d'un réseau utile.'

Trendskout

Siège social: Gand

Nombre d'associés: 3

A la recherche de capital supplémentaire?: une phase de capitalisation prévue pour fin 2020

Site web: www.trendskout.com

L'intelligence artificielle restera encore pas mal de temps un mot-clé de notre époque, mais cela ne signifie pour autant pas que la technologie soit aisément accessible à tout un chacun. 'Elle exige de coûteux consultants qui planchent des semaines durant sur un projet en vue de mettre en oeuvre l'AI dans une entreprise', déclare Pauwel Grepdon de Trendskout. 'Il n'y a que les toutes grandes firmes qui peuvent se le permettre. Il y a donc un fameux obstacle avant que l'AI soit implantée partout.'Voilà pourquoi Grepdon, conjointement avec les deux autres co-fondateurs Koen Ovaere et Tom Muylle, ont décidé de changer de stratégie. Plutôt que d'opérer en tant que consultants AI, ils ont mis au point leur propre plate-forme web, qui permet aux entreprises de mettre elles-mêmes en oeuvre leur projet AI, sans l'intervention de spécialistes chèrement payés. 'D'une manière très visuelle, le client peut choisir le type de projet qu'il souhaite, avant d'importer les données mises à sa disposition. Le système recherche ensuite dans notre bibliothèque comprenant des milliers d'algorithmes et d'applications AI la combinaison de modules qui convient au client. Il ne faut donc pas être un spécialiste des données ou un expert en AI: notre algorithme les remplace.'En proposant la technologie de cette façon, Trendskout rend non seulement ces intermédiaires superflus, mais 'cela permet aussi et surtout de diminuer la durée de développement de quelques semaines à quelques jours', explique Grepdon. 'Notre algorithme exploite toute la puissance de calcul disponible à ce moment, ce qui fait que tout va nettement plus vite.'Conçue comme une plate-forme web, Trendskout fonctionne en tant que solution SaaS pour laquelle le client s'acquitte d'un forfait mensuel. 'Ce montant est fonction de la quantité de données et donc de la puissance 'cloud' nécessaire', précise le fondateur. 'La facture pour le client qui travaille avec des fichiers Excel, sera moindre que celle pour l'exploitant d'un traitement visuel.'Grepdon et ses collègues ont entamé leur développement en 2017. Après quelques projets-pilotes, ils en sont arrivés à un produit opérationnel en 2019. 'La principale application commerciale depuis lors fut un projet pour DPG Media, où nous avons automatisé la modération des commentaires en ligne sur ses articles. Sur base de la modération humaine précédente, nous avons fait élaborer par AI un modèle qui décide automatiquement parmi les messages autoriser, refuser ou douteux, avant de laisser la décision finale à du personnel humain. Nous avons ainsi pu réduire d'un tiers l'équipe de modération de DPG Media.'Selon Grepdon, il n'y a aucun secteur qui ne pourrait pas se tourner vers Trendskout: 'Dès qu'il y a des données avec lesquelles vous pouvez travailler, un projet AI peut être lancé. Il peut donc s'agir tout aussi bien d'une firme de production que d'une entreprise de médias. Grâce à une combinaison de marketing et de prospection active, nous voulons à présent attirer rapidement de nouveaux clients, y compris à l'étranger. Nous sommes entre-temps déjà opérationnels aux Pays-Bas, mais notre objectif est de franchir toutes les frontières à partir de l'année prochaine.'Pour le financement, Trendskout prévoit une première solide phase de capitalisation en fin d'année: 'Jusqu'à présent, nous nous sommes suffi à nous-mêmes, mais si nous voulons croître, nous aurons besoin de plus de fonds. Cela peut se faire auprès de capital-risqueurs, mais il y a aussi l'option corporate venturing. Nous avons déjà eu des contacts avec d'intéressants partenaires potentiels, qui pourraient s'avérer complémentaires ou qui disposent d'un réseau utile.'