C'est un fait plutôt rare: des gens qui tweetent ou postent du contenu enthousiaste à l'égard de leur employeur. 'Ce n'est pas souvent de la mauvaise volonté', déclare Patrick De Pauw, CEO de Social Seeder. 'Le problème, c'est qu'ils ne se sentent tout simplement pas vraiment à l'aise, qu'ils ne savent pas bien comment s'y prendre sur les médias sociaux, etc. Alors qu'il n'y a pas meilleure enseigne pour une entreprise que des employés satisfaits.'

'Corporate responsibility'

Une entreprise est aujourd'hui en effet bien plus qu'un employeur. A une époque, où les postulants accordent de l'importance à l'idée d'une 'meaningful company' proposant des emplois en vue d'aider à améliorer le monde, le concept de 'corporate responsibility' est devenu plus important que jamais. Mais c'est là un point qu'il faut pouvoir diffuser. 'En tant que firme, vous voulez disposer d'une identité claire et la défendre. Vous voulez devenir le Netflix de votre secteur', comme le résume De Pauw. 'Et c'est là que nous voulons intervenir.'

En tant qu'entreprise, vous voulez disposer d'une identité claire, devenir le Netflix de votre secteur.

Comment? Par une combinaison de software et de ce que Social Seeder appelle de la 'méthodologie'. La première partie consiste en une plate-forme web white label, sur laquelle une entreprise peut inviter ses employés à devenir ses 'ambassadeurs'. 'Lors de l'enregistrement, ils associent leur média social au compte, et tout se déroule alors le plus simplement du monde', selon De Pauw. 'L'employeur peut ensuite mettre en oeuvre des campagnes - une story, un blogpost ou tout autre message - et l'ambassadeur reçoit à partir de notre appli un mail ou une notification push en vue de découvrir ce qu'il en est et de le partager éventuellement. Et ce, de manière complète avec des suggestions pour personnaliser le message, et avec des hashtags pertinents.'

Pour s'assurer que ces campagnes soient réussies, Social Seeder se charge d'un accompagnement personnel des entreprises. Sur base d'ateliers, elle passe en revue les objectifs de la campagne et quels KPI (indicateurs clés de performances) peuvent y être ajoutés. Le coût, nous l'intégrons au forfait de licence que vous payez par ambassadeur et par administrateur dans le backoffice', précise De Pauw.

Issue il y a sept ans du secteur des voyages, Social Seeder a précédemment surtout assumé une fonction de marketing. 'Mais cela n'allait pas assez loin, car finalement, cela ne concernait que des ambassadeurs favorisant des campagnes publicitaires de leur employeur. Cela ne pouvait pas durer. Lorsque nous avons examiné un glissement vers l'insertion de contenus rationnels, il nous est apparu clairement que nous devions jouer bien davantage cette carte, et voilà comment nous avions réorienté notre outil.'

Quatre ans après cette 'renaissance' (dixit De Pauw), la plate-forme Social Seeder est utilisée par de grandes firmes telles Colruyt, BMW, Atlas Copco, Arcelor Mittal, Orange, mais aussi par des ONG comme Unicef et la Croix Rouge, qui recourent à l'outil non seulement pour des ambassadeurs internes, mais aussi externes. 'Aujourd'hui, quelque 150.000 campagnes ont été réalisées via notre plate-forme', précise De Pauw. 'Et cela nous a rapporté des tas de données.'

Intelligence artificielle

Et tout tourne évidemment à présent autour de ces données. Après des années d'autofinancement, Social Seeder entend récolter une solide injection de capital d'un montant de 5 millions d'euros pour recourir à l'intelligence artificielle. 'Nous voudrions ainsi générer automatiquement les notions que nous créons à présent nous-mêmes sur base de chiffres', affirme le CEO. 'Quelles sont les campagnes qui donnent de bons résultats et quelles autres non, et pourquoi? Quel est l'aboutissement d'une campagne? Quel est le degré de conversion qu'un message posté a généré? Nous voulons tirer des informations de toutes ces données, que nous traiterons de manière anonyme, cela va de soi.'

Cette automatisation devrait accroître l'évolutivité de Social Seeder. L'entreprise est dès à présent active partout dans le monde, et si l'outil devient à l'avenir tout simplement 'branchable' (comprenez: utilisable sans l'entremise de consultants), tout pourrait encore s'accélérer. 'Pour le financement, nous nous tournons dès lors aussi vers des personnes qui peuvent, en plus de fonds, nous offrir aussi l'accès au marché à Paris et à Londres', conclut De Pauw.

Social Seeder

Siège social: Vilvorde

Nombre d'associés: 3

Finances: en quête de 5 millions d'euros

Site web: Socialseeder.com

C'est un fait plutôt rare: des gens qui tweetent ou postent du contenu enthousiaste à l'égard de leur employeur. 'Ce n'est pas souvent de la mauvaise volonté', déclare Patrick De Pauw, CEO de Social Seeder. 'Le problème, c'est qu'ils ne se sentent tout simplement pas vraiment à l'aise, qu'ils ne savent pas bien comment s'y prendre sur les médias sociaux, etc. Alors qu'il n'y a pas meilleure enseigne pour une entreprise que des employés satisfaits.'Une entreprise est aujourd'hui en effet bien plus qu'un employeur. A une époque, où les postulants accordent de l'importance à l'idée d'une 'meaningful company' proposant des emplois en vue d'aider à améliorer le monde, le concept de 'corporate responsibility' est devenu plus important que jamais. Mais c'est là un point qu'il faut pouvoir diffuser. 'En tant que firme, vous voulez disposer d'une identité claire et la défendre. Vous voulez devenir le Netflix de votre secteur', comme le résume De Pauw. 'Et c'est là que nous voulons intervenir.'Comment? Par une combinaison de software et de ce que Social Seeder appelle de la 'méthodologie'. La première partie consiste en une plate-forme web white label, sur laquelle une entreprise peut inviter ses employés à devenir ses 'ambassadeurs'. 'Lors de l'enregistrement, ils associent leur média social au compte, et tout se déroule alors le plus simplement du monde', selon De Pauw. 'L'employeur peut ensuite mettre en oeuvre des campagnes - une story, un blogpost ou tout autre message - et l'ambassadeur reçoit à partir de notre appli un mail ou une notification push en vue de découvrir ce qu'il en est et de le partager éventuellement. Et ce, de manière complète avec des suggestions pour personnaliser le message, et avec des hashtags pertinents.'Pour s'assurer que ces campagnes soient réussies, Social Seeder se charge d'un accompagnement personnel des entreprises. Sur base d'ateliers, elle passe en revue les objectifs de la campagne et quels KPI (indicateurs clés de performances) peuvent y être ajoutés. Le coût, nous l'intégrons au forfait de licence que vous payez par ambassadeur et par administrateur dans le backoffice', précise De Pauw.Issue il y a sept ans du secteur des voyages, Social Seeder a précédemment surtout assumé une fonction de marketing. 'Mais cela n'allait pas assez loin, car finalement, cela ne concernait que des ambassadeurs favorisant des campagnes publicitaires de leur employeur. Cela ne pouvait pas durer. Lorsque nous avons examiné un glissement vers l'insertion de contenus rationnels, il nous est apparu clairement que nous devions jouer bien davantage cette carte, et voilà comment nous avions réorienté notre outil.'Quatre ans après cette 'renaissance' (dixit De Pauw), la plate-forme Social Seeder est utilisée par de grandes firmes telles Colruyt, BMW, Atlas Copco, Arcelor Mittal, Orange, mais aussi par des ONG comme Unicef et la Croix Rouge, qui recourent à l'outil non seulement pour des ambassadeurs internes, mais aussi externes. 'Aujourd'hui, quelque 150.000 campagnes ont été réalisées via notre plate-forme', précise De Pauw. 'Et cela nous a rapporté des tas de données.'Et tout tourne évidemment à présent autour de ces données. Après des années d'autofinancement, Social Seeder entend récolter une solide injection de capital d'un montant de 5 millions d'euros pour recourir à l'intelligence artificielle. 'Nous voudrions ainsi générer automatiquement les notions que nous créons à présent nous-mêmes sur base de chiffres', affirme le CEO. 'Quelles sont les campagnes qui donnent de bons résultats et quelles autres non, et pourquoi? Quel est l'aboutissement d'une campagne? Quel est le degré de conversion qu'un message posté a généré? Nous voulons tirer des informations de toutes ces données, que nous traiterons de manière anonyme, cela va de soi.'Cette automatisation devrait accroître l'évolutivité de Social Seeder. L'entreprise est dès à présent active partout dans le monde, et si l'outil devient à l'avenir tout simplement 'branchable' (comprenez: utilisable sans l'entremise de consultants), tout pourrait encore s'accélérer. 'Pour le financement, nous nous tournons dès lors aussi vers des personnes qui peuvent, en plus de fonds, nous offrir aussi l'accès au marché à Paris et à Londres', conclut De Pauw.