'La numérisation? Dans le secteur des assurances, cela se résume grosso modo à un site web, où on simule une offre de prix et où on peut trouver quelques informations', déclare en souriant Quentin Colmant, CEO de Qover. 'Pour moi, ce n'est pas cela la numérisation.' Conjointement avec son associé Jean-Charles Velge, il a par conséquent développé le concept d''embedded insurance': un outil qui permet de vendre directement des assurances via un site web.

Propre marque

Colmant cite comme exemple le site de la marque de vélos Cowboy, où grâce à Qover, il est possible de souscrire directement une assurance antivol lors de l'achat d'une bicyclette. Autre exemple: Immoweb, où on peut prendre une assurance incendie lors d'une location. 'Toutes les données de l'habitation sont déjà complétées. Il ne reste plus qu'à saisir quelques données personnelles.' Le secret sous-jacent à la technologie est une Open API, qui peut être ajustée au gré du client en fonction de sa propre marque. Le résultat final peut être aisément intégré par 'plug & play' au webshop, tout comme un module de paiement en ligne.

Dans le secteur des assurances, Qover passe pour être un intermédiaire en assurance. 'Cela signifie que nous ne pouvons prendre aucun risque', explique le directeur. 'Nous réglons la partie vente, le traitement des dommages et toute l'administration et recherchons alors un assureur en place prêt à assumer le risque', ajoute Colmant. Le business model y est aussi inclus: 'Alors que la partie administrative représente en général 25 pour cent du coût total de l'assurance, nous pouvons réduire ce pourcentage grâce à notre efficience. Dès lors, en gérant mieux la partie administrative qu'n assureur, nous permettons d'améliorer le prix pour le client tout en réaliser une marge bénéficiaire.'.

'Produit cherche assureur'

Fondée en 2016, Qover a aujourd'hui développé plusieurs produits. Outre les polices susmentionnées, la startup a créé pour Immoweb une assurance qui protège les bailleurs contre les mauvais payeurs. 'Pour le courtier Vanbreda Risk & Benefits, nous avons conçu une assurance voyage. Ce faisant, nous ajoutons bon an mal an entre trois et sept nouveaux produits. Par produit, nous recherchons sur le plan du risque chaque fois l'assureur le plus avantageux.'

Une entreprise telle Deliveroo ne souhaite pas dialoguer avec un assureur différant dans chaque pays. Nous le faisons pour elle.

Colmant distingue deux groupes de clients: ceux qui sont purement actifs sur le marché local et les entreprises qui recherchent un produit qui peut s'avérer intéressant pour beaucoup de pays. 'Nous sommes surtout aussi intéressants pour ce dernier groupe, parce que nous leur évitons les longs palabres avec les assureurs', explique le CEO. 'Prenez Deliveroo Europe, qui propose gratuitement une assurance à ses coursiers à vélo. Ce genre d'entreprise ne souhaite pas dialoguer avec un assureur différant dans chaque pays. Nous le faisons pour elle, afin qu'elle puisse proposer partout une assurance opérationnelle.'

Continuer de croître

Qover est aujourd'hui active dans onze pays européens: de l'Espagne à la Scandinavie. 'L'ambition est de continuer de croître. Nous ciblons davantage de produits dans notre portefeuille et voulons les proposer aux citoyens de plus de pays encore', indique Colmant. A l'entendre, l'entreprise a déjà récolté suffisamment de fonds. 'Après un premier investissement personnel, nous avons très vite obtenu un million et demi d'euros de Belcube, le fonds d'investissement des fondateurs de Skynet, Jean Zurstrassen et Grégoire de Streel. En 2017, suite à une présentation à Las Vegas, nous avons rencontré l'Anthemis Group, l'un des principaux capital-risqueurs en 'insuretech', qui a injecté 5,5 millions d'euros dans notre entreprise.'

En juin de l'année dernière sont venus s'ajouter huit millions d'euros via la française Alven et Portag3 Ventures de la famille canadienne Desmarais. 'Comme notre business model est rentable et que nous n'avons pas d'argent à brûler, cela devrait suffire pour notre expansion future. Néanmoins, si l'on souhaite une expansion plus rapide, on ira sans aucun doute chercher des capitaux frais.'

Qover

Siège social: Bruxelles

Nombre d'associés: 2

Pas à la recherche de capital supplémentaire

Site web: qover.com

'La numérisation? Dans le secteur des assurances, cela se résume grosso modo à un site web, où on simule une offre de prix et où on peut trouver quelques informations', déclare en souriant Quentin Colmant, CEO de Qover. 'Pour moi, ce n'est pas cela la numérisation.' Conjointement avec son associé Jean-Charles Velge, il a par conséquent développé le concept d''embedded insurance': un outil qui permet de vendre directement des assurances via un site web.Colmant cite comme exemple le site de la marque de vélos Cowboy, où grâce à Qover, il est possible de souscrire directement une assurance antivol lors de l'achat d'une bicyclette. Autre exemple: Immoweb, où on peut prendre une assurance incendie lors d'une location. 'Toutes les données de l'habitation sont déjà complétées. Il ne reste plus qu'à saisir quelques données personnelles.' Le secret sous-jacent à la technologie est une Open API, qui peut être ajustée au gré du client en fonction de sa propre marque. Le résultat final peut être aisément intégré par 'plug & play' au webshop, tout comme un module de paiement en ligne.Dans le secteur des assurances, Qover passe pour être un intermédiaire en assurance. 'Cela signifie que nous ne pouvons prendre aucun risque', explique le directeur. 'Nous réglons la partie vente, le traitement des dommages et toute l'administration et recherchons alors un assureur en place prêt à assumer le risque', ajoute Colmant. Le business model y est aussi inclus: 'Alors que la partie administrative représente en général 25 pour cent du coût total de l'assurance, nous pouvons réduire ce pourcentage grâce à notre efficience. Dès lors, en gérant mieux la partie administrative qu'n assureur, nous permettons d'améliorer le prix pour le client tout en réaliser une marge bénéficiaire.'.Fondée en 2016, Qover a aujourd'hui développé plusieurs produits. Outre les polices susmentionnées, la startup a créé pour Immoweb une assurance qui protège les bailleurs contre les mauvais payeurs. 'Pour le courtier Vanbreda Risk & Benefits, nous avons conçu une assurance voyage. Ce faisant, nous ajoutons bon an mal an entre trois et sept nouveaux produits. Par produit, nous recherchons sur le plan du risque chaque fois l'assureur le plus avantageux.'Colmant distingue deux groupes de clients: ceux qui sont purement actifs sur le marché local et les entreprises qui recherchent un produit qui peut s'avérer intéressant pour beaucoup de pays. 'Nous sommes surtout aussi intéressants pour ce dernier groupe, parce que nous leur évitons les longs palabres avec les assureurs', explique le CEO. 'Prenez Deliveroo Europe, qui propose gratuitement une assurance à ses coursiers à vélo. Ce genre d'entreprise ne souhaite pas dialoguer avec un assureur différant dans chaque pays. Nous le faisons pour elle, afin qu'elle puisse proposer partout une assurance opérationnelle.'Qover est aujourd'hui active dans onze pays européens: de l'Espagne à la Scandinavie. 'L'ambition est de continuer de croître. Nous ciblons davantage de produits dans notre portefeuille et voulons les proposer aux citoyens de plus de pays encore', indique Colmant. A l'entendre, l'entreprise a déjà récolté suffisamment de fonds. 'Après un premier investissement personnel, nous avons très vite obtenu un million et demi d'euros de Belcube, le fonds d'investissement des fondateurs de Skynet, Jean Zurstrassen et Grégoire de Streel. En 2017, suite à une présentation à Las Vegas, nous avons rencontré l'Anthemis Group, l'un des principaux capital-risqueurs en 'insuretech', qui a injecté 5,5 millions d'euros dans notre entreprise.'En juin de l'année dernière sont venus s'ajouter huit millions d'euros via la française Alven et Portag3 Ventures de la famille canadienne Desmarais. 'Comme notre business model est rentable et que nous n'avons pas d'argent à brûler, cela devrait suffire pour notre expansion future. Néanmoins, si l'on souhaite une expansion plus rapide, on ira sans aucun doute chercher des capitaux frais.'