Spotify avait précédemment déjà conclu des accords de licence avec Sony Music et Universal, les deux autres géants musicaux. Il en résulte que l'entreprise s'assure des rentrées d'argent assez stables durant les années à venir, une exigence pour pouvoir gagner la confiance d'investisseurs. Si tout se passe comme prévu, ce sera à partir de la fin de cette année ou du début de l'an prochain qu'on pourra négocier des actions Spotify.

Le contenu précis des négociations entre Spotify et Warner n'est pas connu. Le service de diffusion avait précédemment convenu avec Universal et Sony qu'ils pouvaient protéger leurs nouveaux albums pendant un certain temps de la version gratuite de Spotify. Quant aux utilisateurs payants, c'est le premier choix qui leur est réservé.