Pour la zone de police Vesdre, regroupant les communes de Verviers, Dison et Pepinster, il est question d'une extension de réseau. SPIE se chargera de la maintenance des 72 caméras existantes et du système de dispatching. Dix caméras supplémentaires seront par ailleurs installées, ce qui fera de cette zone de police, d'après l'entreprise, l'un des réseaux de surveillance par caméras les plus denses du pays.

Le second contrat a été signé avec la zone de police Fagnes (Spa, Theux et Jalhay) et porte sur l'installation et la maintenance de nouveaux systèmes de vidéosurveillance dans les commissariats, ainsi que sur l'extension du réseau de caméras. Le montant des deux adjudications n'a pas été communiqué.

SPIE est un groupe international, mais qui est aujourd'hui actif en Belgique avec plus de 1.850 personnes, et qui enregistre un chiffre d'affaires de 335 millions d'euros (2018). En janvier, SPIE ICS, la division ICT de l'entreprise, avait été la cible d'une attaque au rançongiciel.

Pour la zone de police Vesdre, regroupant les communes de Verviers, Dison et Pepinster, il est question d'une extension de réseau. SPIE se chargera de la maintenance des 72 caméras existantes et du système de dispatching. Dix caméras supplémentaires seront par ailleurs installées, ce qui fera de cette zone de police, d'après l'entreprise, l'un des réseaux de surveillance par caméras les plus denses du pays.Le second contrat a été signé avec la zone de police Fagnes (Spa, Theux et Jalhay) et porte sur l'installation et la maintenance de nouveaux systèmes de vidéosurveillance dans les commissariats, ainsi que sur l'extension du réseau de caméras. Le montant des deux adjudications n'a pas été communiqué.SPIE est un groupe international, mais qui est aujourd'hui actif en Belgique avec plus de 1.850 personnes, et qui enregistre un chiffre d'affaires de 335 millions d'euros (2018). En janvier, SPIE ICS, la division ICT de l'entreprise, avait été la cible d'une attaque au rançongiciel.